un-régime-à-base-de-plantes-améliorre-le-métabolisme
Un régime à base de plantes stimule la brûlure des calories après les repas, entraîne une perte de poids et améliore les facteurs de risque cardiométabolique chez les personnes en surpoids, selon un nouvel essai contrôlé randomisé par des chercheurs du Comité des médecins pour une médecine responsable.

Tester un régime à base de plantes

Cette étude a réparti au hasard des participants – en surpoids et sans antécédents de diabète – dans un groupe d’intervention ou de contrôle dans un rapport de 1:1. Pendant 16 semaines, les participants de ce groupe d’intervention ont suivi un régime alimentaire à faible teneur en graisses et à base de plantes, basé sur des fruits, des légumes, des céréales complètes et des légumineuses, sans limite de calories. Le groupe de contrôle n’a pas modifié son régime alimentaire. Aucun des deux groupes n’a modifié ses habitudes en matière d’exercice ou de médication, à moins d’en avoir reçu l’ordre de son médecin traitant.
Les chercheurs ont utilisé la calorimétrie indirecte pour mesurer le nombre de calories brûlées par ces participants après un repas standardisé, au début et à la fin de cette étude. Le groupe qui mangeait des végétaux, a augmenté sa consommation de calories après le repas de 18,7 % en moyenne après 16 semaines. La combustion des calories, après les repas du groupe témoin n’a pas changé de manière significative.

Des résultats révolutionnaires

« Ces résultats sont révolutionnaires pour les 160 millions d’Américains qui luttent contre le surpoids et l’obésité et les 17 % de personnes en France », déclare l’auteur de cette étude, Hana Kahleova, MD, PhD, directrice de la recherche clinique pour le Comité des médecins. « Au fil des années et des décennies, brûler plus de calories après chaque repas peut faire une différence significative dans la gestion du poids ».
En 16 semaines seulement, les participants du groupe qui mangeait des végétaux. ont réduit leur poids de 6,4 kg en moyenne, par rapport à un changement infime dans le groupe de contrôle. Le groupe de végétaux, a également vu sa masse graisseuse et son volume de graisse viscérale – la graisse dangereuse que l’on trouve autour des organes internes – diminuer de manière significative.
Les chercheurs ont également fait équipe avec les chercheurs de l’Université de Yale, Kitt Petersen, pour suivre les lipides intramyocellulaires et hépatocellulaires – la graisse qui s’accumule dans les cellules musculaires et hépatiques – dans un sous-ensemble de participants en utilisant la spectroscopie par résonance magnétique.

Une réduction de la graisse hépatique

Les participants du groupe des végétaux, ont réduit la graisse à l’intérieur du foie et des cellules musculaires de 34% et 10%, respectivement, tandis que le groupe de contrôle n’a pas connu de changements significatifs. La graisse stockée dans ces cellules a été liée à la résistance à l’insuline et au diabète de type 2.
« Lorsque la graisse s’accumule dans les cellules hépatiques et musculaires, elle interfère avec la capacité de l’insuline à faire sortir le glucose du sang et à le faire entrer dans les cellules », ajoute le Dr Kahleova. « Après seulement 16 semaines d’un régime alimentaire à base de plantes et pauvre en graisses, nos participants ont réduit la quantité de graisses dans leurs cellules et ont diminué leurs chances de développer un diabète de type 2 ».
Cette étude a également permis de mieux comprendre le lien entre la graisse dans les cellules et l’insulinorésistance. Le groupe végétal a réduit sa concentration plasmatique d’insuline à jeun de 21,6 pmol/L, a diminué sa résistance à l’insuline et a augmenté sa sensibilité à l’insuline – tous des résultats positifs – alors que le groupe de contrôle n’a constaté aucun changement significatif.

Une réduction des maladies cardiaques 

Le groupe des végétaux a également réduit le cholestérol total et le cholestérol LDL de 19,3 mg/dL et 15,5 mg/dL, respectivement, sans changement significatif dans le groupe de contrôle. « Non seulement le groupe des végétaux a perdu du poids, mais il a également connu des améliorations cardiométaboliques qui réduiront le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’autres problèmes de santé », a déclaré le Dr Kahleova.
Cette recherche a été publié dans JAMA Network Open.
Source : Physicians Committee for Responsible Medicine
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

martinBiologie
Un régime à base de plantes stimule la brûlure des calories après les repas, entraîne une perte de poids et améliore les facteurs de risque cardiométabolique chez les personnes en surpoids, selon un nouvel essai contrôlé randomisé par des chercheurs du Comité des médecins pour une médecine responsable. Tester un...