thérapie-CAR-T-contre-le-lymphome-non-hodgkinien
Une thérapie de cellules CAR-T connue sous le nom d’axicabtagene ciloleucel (axi-cel), a conduit les cellules cancéreuses à des niveaux indétectables chez près de 80 % des patients atteints d’un lymphome non hodgkinien (LNH) avancé, dans un essai clinique de phase 2, rapportent les chercheurs du Dana-Farber Cancer Institute lors de la 62e réunion annuelle virtuelle de l’American Society of Hematology (ASH).

Une efficacité impressionnante

Bien que le LNH soit une maladie à croissance lente, les patients rechutent fréquemment après un traitement standard, ce qui souligne le besoin de nouvelles thérapies. L’efficacité d’Axi-cel chez les participants à cet essai qui ont soit rechuté, soit développé une résistance à d’autres médicaments est particulièrement encourageante, selon les chercheurs.
« Nous avons été très impressionnés par l’ampleur des réponses et la durabilité », a déclaré Caron Jacobson, qui a dirigé cet essai et présentera les résultats à l’ASH. « Ce traitement a eu un impact significatif sur les patients à haut risque, atteints de cette maladie. J’ai également été frappée par le profil de sécurité favorable comparé à ce que nous avons observé dans les lymphomes à croissance rapide ».
L’Axi-cel est fabriqué en recueillant certains des lymphocytes T d’un patient qui luttent contre cette maladie et en les modifiant génétiquement pour déployer un récepteur spécialisé à leur surface. Ce récepteur permet aux cellules T modifiées – appelées récepteur antigénique chimérique, ou cellules CAR-T – de s’accrocher aux cellules cancéreuses et de les détruire. Les cellules CAR-T, sont ensuite injectées au patient. Lors d’essais précédents sur des patients atteints de lymphome à grandes cellules B, cette thérapie a réduit les cellules cancéreuses en dessous des niveaux détectables, obtenant une « réponse complète » chez de nombreux patients.

Un essai basé sur 146 patients 

Dans l’essai actuel, baptisé ZUMA-5, les chercheurs ont administré l’axi-cel à 146 patients atteints de lymphome folliculaire ou de lymphome de la zone marginale – deux formes de leucémie non hodgkinienne à croissance lente – dans plusieurs centres médicaux américains. Tous les participants avaient un lymphome actif malgré de multiples traitements antérieurs.
Une médiane de 17,5 mois après le traitement par axi-cel, 92 % des participants à cet essai ont eu une réponse objective – une réduction détectable de leur cancer – et 76 % ont eu une réponse complète. À la date limite de collecte des données, les réponses se poursuivaient chez 62 % de tous les patients traités.
Presque tous les patients ont subi des effets secondaires indésirables, 86 % d’entre eux ayant subi des événements indésirables de grade 3 ou plus. Sept pour cent ont souffert d’un syndrome de libération de cytokines de grade 3 ou plus, et 19 % ont subi des événements neurologiques de grade 3 ou plus. Les taux de réponse étaient légèrement plus élevés et les taux d’effets indésirables étaient légèrement plus faibles chez les patients atteints de lymphome folliculaire que chez ceux atteints de lymphome de la zone marginale.

Une avancée significative 

Ces résultats représentent une avancée significative pour tous les patients atteints de cette maladie, car pour le moment, très peu d’options s’offrent à ces gens pour guérir de cette forme de cancer.
Source : Dana-Farber Cancer Institute
Crédit photo : StockPhotoSecrets

martinbiothechnologie
Une thérapie de cellules CAR-T connue sous le nom d'axicabtagene ciloleucel (axi-cel), a conduit les cellules cancéreuses à des niveaux indétectables chez près de 80 % des patients atteints d'un lymphome non hodgkinien (LNH) avancé, dans un essai clinique de phase 2, rapportent les chercheurs du Dana-Farber Cancer Institute...