Alzheimer-des-ultrason-améliorent-un-traitement
Une récente étude préclinique, menée par des scientifiques de l’Institut de recherche Sunnybrook, de la Société canadienne du sang et de l’Université de Toronto, a démontré que les ultrasons focalisés améliorent la délivrance d’immunoglobulines intraveineuses (IVIg), un produit sanguin composé d’anticorps provenant de donneurs sains, dont on avait précédemment démontré le potentiel pour traiter un sous-groupe de patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

De l’immunoglobuline intraveineuse

« L’immunoglobuline intraveineuse (IVIg), un produit biologique thérapeutique composé d’anticorps regroupés provenant de dizaines de milliers de donneurs, est utilisée depuis 1981 pour traiter les patients atteints de diverses maladies auto-immunes et neurologiques, avec une efficacité et une sécurité élevées », déclare le Dr Donald Branch, scientifique principal à la Société canadienne du sang.
« L’IVIg s’est révélée prometteuse pour réduire la pathologie amyloïde dans le cerveau, et augmenter la neurogenèse », déclare le Dr Sonam Dubey, qui a terminé cette étude dans le cadre de ses travaux de doctorat dans le laboratoire du Dr Isabelle Aubert. « Cependant, les propriétés de la barrière hémato-encéphalique font qu’il est difficile pour des quantités suffisantes d’IgIV d’atteindre le cerveau ». La barrière hémato-encéphalique entoure les vaisseaux sanguins du cerveau et limite le passage des substances du flux sanguin vers le cerveau.

« Nous savions que les IgIV avaient un potentiel pour la maladie d’Alzheimer mais, aux dosages utilisés, elles n’avaient pas montré d’amélioration significative dans les essais cliniques. Nous nous sommes dit : comment pouvons-nous procéder », explique Isabelle Aubert, scientifique principale du programme Hurvitz des sciences du cerveau à l’IRS.
À l’aide de modèles précliniques, l’équipe de recherche a vérifié si des ultrasons focalisés combinés avec des microbulles, une méthode non chirurgicale utilisée pour augmenter brièvement la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique, pouvaient améliorer la livraison d’IVIg à l’hippocampe, une zone du cerveau impliquée dans l’apprentissage et la mémoire, et gravement dégénérée chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Les ultrasons focalisés ont augmenté la biodisponibilité

« Nos résultats montrent que les ultrasons focalisés ont augmenté la biodisponibilité des IgIV du sang vers l’hippocampe, où elles ont atteint une efficacité thérapeutique, à une dose relativement faible administrée par voie intraveineuse », explique le Dr Dubey.
Cette étude ouvre la voie à de futures études cliniques combinant les ultrasons focalisés, et les thérapeutiques, telles que l’IVIg, pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.
« Nous sommes extrêmement encouragés par ces résultats. Au fil des ans, l’IVIg et les ultrasons focalisés ont tous deux démontré, indépendamment, leur innocuité chez l’homme. Lorsque l’IVIg et les ultrasons focalisés sont combinés dans des modèles de la maladie d’Alzheimer, ils réduisent cette pathologie et améliorent la régénération, déclare le Dr Aubert, qui est également professeur au département de médecine de laboratoire et de pathobiologie de l’université de Toronto.
« Sur la base de ces résultats, et avec nos collègues et collaborateurs de Sunnybrook, nous sommes bien placés pour réunir la thérapeutique et les ultrasons focalisés à la clinique, où ils pourraient être utiles aux patients dans le futur ».
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : Sunnybrook Research Institute
Crédit photo : iStock

martinTechnologie
Une récente étude préclinique, menée par des scientifiques de l'Institut de recherche Sunnybrook, de la Société canadienne du sang et de l'Université de Toronto, a démontré que les ultrasons focalisés améliorent la délivrance d'immunoglobulines intraveineuses (IVIg), un produit sanguin composé d'anticorps provenant de donneurs sains, dont on avait précédemment...