de-hydrogel-pour-traiter-le-glaucome
Des chercheurs ont développé un nouveau traitement potentiel pour le glaucome, qui pourrait remplacer les gouttes ophtalmiques quotidiennes et la chirurgie par une injection deux fois par an pour contrôler l’augmentation de la pression dans l’œil. Les chercheurs envisagent l’injection qui pourrait faire partie des visites régulières des patients.

Un nouveau traitement pour le glaucome

Ce traitement qui pourrait devenir la première thérapie non médicamenteuse, non chirurgicale et à longue durée d’action pour le glaucome, utilise l’injection d’un matériau naturel et biodégradable pour créer un hydrogel visqueux, qui ouvre une voie alternative pour que l’excès de liquide quitte l’œil.
« Le Saint-Graal pour le glaucome est un moyen efficace de réduire la pression qui ne repose pas sur le fait que le patient mette des gouttes dans ses yeux tous les jours, ne nécessite pas d’opération compliquée, a des effets secondaires minimes et présente un bon profil de sécurité », a déclaré Ross Ethier, professeur et chercheur en bio-ingénierie. « Je suis enthousiaste à propos de cette technique, qui pourrait changer la donne dans le traitement du glaucome. »
Jusqu’à 75 millions de personnes dans le monde sont atteintes de glaucome, qui est la principale cause de cécité irréversible. Les dommages causés par le glaucome sont dus à une pression excessive dans l’œil qui blesse le nerf optique. Les traitements actuels tentent de réduire cette pression intra-oculaire par l’application quotidienne de gouttes oculaires, par la chirurgie ou l’implantation de dispositifs médicaux, mais ces traitements sont souvent peu efficaces.

Prolonger la période de réduction de la pression

La réduction de la pression a été maintenue pendant quatre mois. Les chercheurs s’efforcent maintenant de prolonger cette période en modifiant le matériau en polymère – l’acide hyaluronique – dans le but d’obtenir des effets bénéfiques pendant au moins six mois. Cela coïnciderait avec le calendrier des visites au cabinet de nombreux patients.
« Si nous pouvons arriver à un traitement de deux fois par an, nous ne perturbons pas le processus clinique actuel », a déclaré le professeur Mark Prausnitz. « Nous pensons que l’injection pourrait être faite en tant que procédure au cabinet lors des examens de routine que les patients reçoivent déjà. Les patients n’auront peut-être rien à faire pour traiter leur glaucome avant leur prochaine visite au cabinet ».
Au-delà de l’allongement de la durée entre les traitements, les chercheurs devront démontrer que l’injection peut être répétée sans nuire à l’œil. La procédure devra également être testée sur des animaux avant de passer aux essais sur l’homme.

Une thérapie à action prolongée

« L’idée d’avoir un traitement unique qui dure six mois serait particulièrement utile pour ceux dont l’accès aux soins de santé n’est pas optimal », a déclaré M. Ethier. « Le fait de disposer d’une thérapie à action prolongée, présenterait un avantage supplémentaire en période de pandémie ou d’autres perturbations, lorsque l’accès aux soins de santé est plus difficile ».
Cette recherche a été publiée dans Advanced Science.
Source : Georgia Institute of Technology
Crédit photo : StockPhotoSecrets