un-cancer-rend-les-diables-de-tasmanie-antisociaux
Un cancer mortel qui se développe chez les diables de Tasmanie. semble rendre les animaux infectés moins susceptibles d’interagir avec les autres, ce qui pourrait provoquer leur extinction.

Un cancer

Ce cancer contagieux, connu sous le nom de maladie des tumeurs faciales du diable (DFTD), se transmet par des morsures et provoque des tumeurs dans la mâchoire. Il peut entraîner la mort en moins d’un an. Les diables de Tasmanie sont des animaux agressifs, qui se battent souvent pour s’accoupler et se nourrir, ce qui peut aggraver la propagation de la DFTD. Cette maladie a anéanti plus de 80 % de la population au cours des 20 dernières années.
Ce cancer peut rendre difficile l’alimentation des diables de Tasmanie, car ces tumeurs ont tendance à déplacer vers les dents de ces animaux. « Les animaux malades peuvent s’isoler des autres individus pour conserver leur énergie et récupérer », explique David Hamilton, de l’université de Tasmanie en Australie.
Pour voir si cela affecte la propagation de la DFTD, Hamilton et son équipe ont attaché des colliers de pistage à 22 diables sauvages, puis les ont relâchés dans leur habitat naturel. Ces colliers détectent lorsqu’un animal se trouve à moins de 30 centimètres d’un autre animal muni d’un collier. Avant d’être munis d’un collier, les diables de Tasmanie ont été examinés pour détecter les symptômes du DFTD et ont été capturés chaque mois, pour surveiller la prévalence de cette  maladie et la croissance des tumeurs.

Ils étaient moins susceptibles d’interagir

L’équipe a découvert qu’à mesure que les tumeurs se développaient, les diables de Tasmanie infectés étaient moins susceptibles d’interagir avec les autres. « Ceux qui ont de très grosses tumeurs n’entrent pas en contact et mordent beaucoup d’autres diables, ils ont donc très peu de chances de transmettre cette maladie », dit Hamilton.
Trois des 22 diables de Tasmanie observés présentaient des symptômes au début de cette étude. Six mois plus tard, près de la moitié de la population était infectée par le DFTD. « Nous pensons que ceux qui la propagent sont probablement ceux qui se trouvent au premier stade de l’infection », dit Hamilton. À ce stade, les diables atteints d’une tumeur sont encore suffisamment en forme pour combattre et transmettre cette maladie.
Cette maladie a presque conduit ces animaux à l’extinction, mais les diables de Tasmanie commencent à s’adapter. « Le DFTD lui-même ne fera pas cette dernière poussée vers l’extinction », dit Hamilton. « Les humains pourraient cependant avoir des répercussions sur leur environnement, et nous devons travailler avec acharnement, pour empêcher que cela ne se produise. »
Cette recherche a été publiée dans Proceedings of the Royal Society B.
Source : New Scientist
Crédit photo sur Unsplash : Meg Jerrard

martinBiologie
Un cancer mortel qui se développe chez les diables de Tasmanie. semble rendre les animaux infectés moins susceptibles d'interagir avec les autres, ce qui pourrait provoquer leur extinction. Un cancer Ce cancer contagieux, connu sous le nom de maladie des tumeurs faciales du diable (DFTD), se transmet par des morsures et...