la-vitamine-d-et-autisme-chez-les-garçons
De nouvelles découvertes d’une équipe de scientifiques australiens suggèrent qu’une exposition accrue à la testostérone pendant la grossesse, déclenchée par une carence en vitamine D, pourrait être l’un des facteurs causaux expliquant pourquoi les troubles du spectre autistique (TSA) sont plus fréquents chez les garçons.

Un facteur de risque

« La cause biologique des troubles du spectre autistique est inconnue, mais nous avons montré que l’un des nombreux facteurs de risque – une faible teneur en vitamine D chez les mères – provoque une augmentation de la testostérone dans le cerveau des fœtus mâles, ainsi que dans le sang et le liquide amniotique maternels », explique Darryl Eyles, du Queensland Brain Institute de l’UQ.
La raison pour laquelle les garçons ont trois fois plus de risques de développer un TSA que les filles est un mystère depuis de nombreuses années. Une explication, appelée l’hypothèse des « stéroïdes sexuels prénataux », suggère qu’une exposition prénatale excessive à la testostérone pourrait contribuer au développement des TSA.
Cette nouvelle étude, a exploré la relation entre la vitamine D et les niveaux de testostérone. Dans des modèles animaux, les chercheurs ont montré comment une carence en vitamine D entraîne une réponse particulière chez les fœtus mâles uniquement.
« En plus de son rôle dans l’absorption du calcium, la vitamine D est cruciale pour de nombreux processus lors du développement », déclare Eyles. « Nos recherches ont également montré que chez les fœtus mâles déficients en vitamine D, une enzyme qui décompose la testostérone est réduite au silence et pourrait contribuer à la présence de niveaux élevés de testostérone ».
Cette étude est la première à offrir un mécanisme montrant comment une carence en vitamine D peut directement entraîner une augmentation du taux de testostérone dans le cerveau des fœtus mâles. Il reste cependant de nombreuses questions sans réponse concernant la manière exacte dont une exposition accrue à la testostérone in utero, peut conduire à un TSA chez les enfants de sexe masculin.

De profonds effets sur plusieurs processus neuronaux

« La testostérone est un facteur précoce-clé et joue un rôle important dans le développement des régions cérébrales sexuellement dimorphiques chez l’homme. Elle a également de profonds effets sur plusieurs processus neuronaux au cours du développement du cerveau, notamment la neurogenèse, la migration et les fonctions immunitaires », émettent l’hypothèse des chercheurs dans cette étude. « Cela reste un domaine de recherche intense ».
Eyles note que cette relation entre la vitamine D et la testostérone n’est probablement qu’un des nombreux facteurs qui pourraient augmenter le risque de TSA. Des recherches supplémentaires sont nécessaires non seulement pour comprendre comment des niveaux accrus de testostérone pourraient influencer le développement des TSA, mais aussi pour explorer quels autres facteurs de risque connus des TSA pourraient avoir cet effet sur la testostérone fœtale.
« Nous n’avons étudié qu’un seul facteur de risque des TSA – la carence en vitamine D pendant le développement – notre prochaine étape est d’examiner d’autres facteurs de risque, comme le stress maternel et l’hypoxie – le manque d’oxygène – et de voir s’ils ont le même effet », explique M. Eyles.
Cette recherche a été publiée dans Molecular Autism.
Source : University of Queensland
Crédit photo : Pixabay