un-test-de-mémoire-sur-4-semaines-prédit-Alzheimer
De nouvelles recherches suggèrent que tester la mémoire des gens pendant quatre semaines, pourrait permettre d’identifier les personnes les plus à risque de développer la maladie d’Alzheimer avant qu’elle ne se déclare.

Tester la mémoire

Il est important de noter que cet essai a montré que le fait de tester la capacité des personnes à conserver leurs souvenirs pendant des périodes plus longues, pourrait prédire avec plus de précision, que les tests de mémoire classiques, qui testent la mémoire sur une demi-heure.
Cette étude, menée par des chercheurs de l’université de Bristol, visait à déterminer si le fait de tester la mémoire d’une liste de mots quatre semaines après leur première lecture, permettait de prédire qui connaîtra le plus grand déclin cognitif au cours de l’année suivante, même si la personne ne présente pas de problèmes cognitifs ou de mémoire au départ.
46 personnes âgées en bonne santé cognitive (avec une moyenne d’âge de 70,7 ans) ont été recrutées pour cet essai. Les participants ont effectué trois tâches de mémoire sur lesquelles le rappel différé a été testé après 30 minutes et quatre semaines, ainsi que le test ACE-III (Addenbrooke’s Cognitive Examination III), un test couramment utilisé pour détecter les troubles cognitifs, et une IRM du cerveau. Le test ACE-III a été répété après 12 mois pour évaluer le changement des capacités cognitives.

Des résultats très précis

Cette recherche a révélé que la mémoire de 15 des 46 participants avait décliné au cours de l’année et que les tests de mémoire verbale de quatre semaines prédisaient mieux le déclin cognitif chez ces personnes âgées en bonne santé que les tests de mémoire cliniques de référence. La prédiction a été rendue encore plus précise en combinant le résultat du test de mémoire de quatre semaines avec les informations du scanner cérébral IRM, qui montre la taille d’une partie du cerveau responsable de la mémoire, qui est endommagée par la maladie d’Alzheimer.
Ce test de rappel de la mémoire à long terme pourrait permettre une détection plus précoce de la maladie d’Alzheimer. Ceci est essentiel, car tout futur traitement qui ralentit ou arrête l’aggravation de la maladie d’Alzheimer sera plus efficace s’il est administré aux tout premiers stades de cette maladie, et avant que des problèmes de mémoire importants ne soient détectables à l’aide des tests actuels.

Un futur test

La prochaine étape pour les chercheurs consistera à tester la spécificité de ce test, pour détecter la maladie d’Alzheimer par rapport à d’autres troubles qui provoquent un déclin cognitif. Pour ce faire, l’équipe de recherche comparera les résultats du test de mémoire à long terme chez les personnes atteintes et non atteintes de la maladie d’Alzheimer, en fonction de l’analyse de leur liquide céphalorachidien – une méthode très précise mais invasive de détection de la maladie d’Alzheimer.
Cette recherche a été publiée dans Alzheimer’s Research and Therapy.
Source : University of Bristol
Crédit photo : iStock