la-thérapie-à-la-testorérone-et-le-diabète
En vieillissant, les hommes connaissent une baisse naturelle et progressive de la testostérone, et des recherches ont établi une relation entre de faibles niveaux de cette hormone et une incidence accrue du diabète de type 2. Dans ce qui est décrit comme la plus grande étude jamais réalisée sur le traitement à la testostérone, des scientifiques ont découvert que des injections régulières de cette hormone semblaient réduire le risque de développer un diabète de type 2.

La thérapie à la testostérone chez les hommes

De faibles niveaux de testostérone chez les hommes, connus sous le nom d’hypogonadisme masculin ou de syndrome de déficience en testostérone, peuvent entraîner une série de résultats négatifs pour la santé, notamment une diminution de la fonction sexuelle, une dépression et une diminution de la masse musculaire et osseuse.
Environ un tiers des hommes atteints de diabète de type 2 souffrent d’hypogonadisme. Les scientifiques ont donc commencé à étudier comment la thérapie à la testostérone pourrait réduire ce risque, avec des résultats prometteurs. Une nouvelle étude menée par l’université australienne d’Adélaïde serait la plus importante jamais réalisée sur ce sujet, avec plus de 1 000 hommes âgés de 50 à 74 ans en surpoids ou obèses.
Ces sujets ont été divisés en deux groupes, l’un recevant des injections de testostérone tous les trois mois et l’autre un placebo. En outre, tous ont eu accès à un programme de mode de vie WW (Weight Watchers), 30 % des hommes des deux groupes ayant participé aux réunions et 70 % ayant fait la quantité d’exercice recommandée.
Au cours des deux années de cette étude, ces deux groupes ont perdu en moyenne environ 4 kg, tandis que l’effet secondaire indésirable le plus courant de la thérapie à la testostérone était une augmentation des globules rouges, ce qui augmente le risque de coagulation. Cela a été constaté chez 22 % des hommes soumis au traitement à la testostérone.

Moins de cas de diabète avec cette thérapie

Au bout de deux ans, 21 % des hommes du groupe placebo souffraient de diabète de type 2, alors que seulement 12 % des hommes du groupe recevant des injections de testostérone avaient développé cette maladie. Ce groupe présentait également une diminution plus importante de la glycémie à jeun, de petites améliorations de la fonction sexuelle et une augmentation de la masse musculaire.
« La proportion d’hommes atteints de diabète à deux ans dans le groupe traité à la testostérone était significativement plus faible que dans le groupe placebo », déclare le professeur Gary Wittert, qui a dirigé cette étude. « Il est important de noter que les hommes qui ont participé le plus au programme WW pour un mode de vie sain ont perdu le plus de poids corporel ».
Ces résultats sont importants pour comprendre le rôle que la testostérone peut jouer dans le risque de développer un diabète de type 2, mais sont loin de constituer une solution miracle pour cette maladie. M. Wittert souligne « qu’il ne s’agit pas d’un signal pour se précipiter sur le bloc-notes » et que la meilleure façon de s’attaquer à cette maladie ou de la prévenir, est d’adopter un mode de vie sain.

Adopter un mode de vie sain

« Nous ne connaissons ni la durabilité de l’effet ni la sécurité à long terme de la testostérone pour prévenir le diabète de type 2 », dit-il. « Ce traitement à la testostérone pourrait être une option pour certains hommes, mais tous les hommes ont besoin d’une évaluation approfondie de leur santé physique et mentale, et d’un soutien pour adopter et maintenir un mode de vie sain ».
Cette recherche a été publiée dans The Lancet Diabetes & Endocrinology.
Source : University of Adelaide
Crédit photo : StockPhotoSecrets

La thérapie à la testostérone et le diabètemartinBiologie
En vieillissant, les hommes connaissent une baisse naturelle et progressive de la testostérone, et des recherches ont établi une relation entre de faibles niveaux de cette hormone et une incidence accrue du diabète de type 2. Dans ce qui est décrit comme la plus grande étude jamais réalisée sur...