les-chercheur-manipulent-des-cellules-contre-le-cancer
Dans l’immunothérapie cellulaire, un traitement en cours d’exploration pour le cancer, les cellules immunitaires du corps sont modifiées pour éliminer plus efficacement les cellules cancéreuses.

L’immunothérapie cellulaire

Les cellules immunitaires peuvent tuer les cellules cancéreuses d’elles-mêmes, mais elles ont de la difficulté à reconnaître la substance produite par les tumeurs qui fournit des informations sur les cellules à cibler.
Les chercheurs de Penn State ont développé une nouvelle technologie qui favorise ces interactions entre les cellules immunitaires et les cellules cancéreuses. « Nous avons exploré une nouvelle méthode d’ingénierie des cellules tueuses naturelles », a déclaré Yong Wang, professeur de génie biomédical. « Cette technique a considérablement amélioré la reconnaissance et la destruction des cellules cancéreuses ».
L’équipe a synthétisé des structures artificielles qui pourraient se lier aux cellules immunitaires du corps. Appelées anticorps polyvalents (PAMs), ces structures en polymères consistent en une structure d’ADN avec de nombreuses branches. Chaque branche se termine par une molécule qui peut identifier les marqueurs tumoraux à la surface des cellules cancéreuses.
Les PAMs ont été formés sur des globules blancs adaptés pour tuer les cellules infectées par un virus et les cellules tumorales. Les chercheurs ont découvert que la PAM, comparée à une structure similaire dépourvue d’unités ramifiées, améliorait considérablement la capacité des globules blancs à reconnaître les cellules cancéreuses.

Les PAMs sont plus efficaces

En plus de permettre un ciblage plus facile des cellules cancéreuses, les PAMs ont également rendu les cellules immunitaires plus efficaces – les cellules immunitaires renforcées par les PAMs étaient plus de 2,5 fois plus efficaces que leurs homologues naturelles.
Cette nouvelle méthode est moins coûteuse que les techniques de génie génétique classiques, pour préparer un traitement à base de cellules, a déclaré M. Wang, et elle peut être réalisée en quelques heures – ce qui est impossible pour le génie génétique. Cette nouvelle méthode peut cependant être combinée avec la méthode conventionnelle pour minimiser les obstacles, selon M. Wang.
« L’efficacité accrue des cellules immunitaires obtenues par génie génétique, réduira les doses de cellules nécessaires à l’immunothérapie, ce qui diminuera encore le temps et le coût de fabrication », a déclaré M. Wang.

Pour d’autres cellules

La structure des PAMs pourrait également être appliquée à d’autres cellules pour l’immunothérapie, selon Wang, ouvrant la porte à de nouvelles recherches pour améliorer l’efficacité des traitements.
Cette recherche a été publiée dans Angewandte Chemie International Edition.
Source : Pennsylvania State University
Crédit photo : iStock