Alzheimer-réguler-le-cuivre-dans-le-cerveau
La maladie d’Alzheimer est caractérisée par la présence de plaques amyloïdes1 dans le cerveau du patient. Ces plaques séquestrent le cuivre et contiennent environ cinq fois plus de cuivre qu’un cerveau sain.

Une molécule

Deux scientifiques du CNRS du Laboratoire de chimie de coordination ont récemment mis au point, avec leurs collègues de l’Université de technologie de Guangdong et de l’Université de Shenzhen (Chine), une molécule qui régule la circulation du cuivre dans le cerveau.
Cette molécule brevetée extrait le cuivre emprisonné dans les plaques amyloïdes et le réintroduit dans le circuit enzymatique normal du cerveau (qui a besoin de cuivre pour fonctionner). Administrée par voie orale à des souris « Alzheimer », cette molécule inhibe la perte de la mémoire chez les souris malades.
L’équipe de recherche a obtenu des résultats positifs pour trois types de modèles de souris pour la maladie d’Alzheimer : des souris transgéniques d’une part, et deux nouveaux modèles de souris non transgéniques d’autre part. Ces modèles non transgéniques sont les plus proches de la réalité de la maladie d’Alzheimer, qui dans la grande majorité des cas, n’est pas d’origine génétique.

Un médicament candidat

Ces résultats ouvrent une nouvelle voie thérapeutique qui pourrait s’avérer efficace dans les premiers stades de la maladie d’Alzheimer chez l’homme. Les scientifiques sont maintenant à la recherche d’un partenaire pharmaceutique pour développer des essais précliniques pour ce médicament candidat.
Cette recherche a été publiée dans ACS Chemical Neuroscience.
Source : CNRS
Crédit photo : StockPhotoSecrets