cancer-bloquer-la-croissance-des-vaisseaux-saguins
La plupart des êtres vivants ont besoin d’oxygène pour se développer et s’épanouir. Même les tumeurs cancéreuses. C’est pourquoi elles se développent facilement si elles manquent d’oxygène, créant ainsi de nouvelles voies de survie.

Inhiber la croissance des tumeurs

Une étude publiée par Scripps Research met en évidence la machinerie moléculaire précise qui permet cette croissance, fournissant des connaissances scientifiques qui peuvent potentiellement être traduites en médicaments qui aident à tuer les tumeurs et à empêcher le cancer de se propager dans l’organisme.
Ces résultats pourraient également permettre de nouvelles interventions qui favorisent le développement sain des vaisseaux sanguins chez les personnes souffrant de maladies cardiaques et d’autres affections, explique Xiang-Lei Yang, docteur en médecine qui dirige cette étude.
« Nous avons découvert une étape clé de la régulation qui stimule le développement des vaisseaux sanguins pour les tissus privés d’oxygène – créant ainsi une image plus complète du processus complexe qui permet aux tumeurs cancéreuses de s’adapter et de survivre », explique Yang. « En bloquant ce processus au niveau moléculaire, nous avons découvert qu’il est possible d’inhiber la croissance des tumeurs ».
Au cours de la dernière décennie, Yang et son équipe ont publié plusieurs découvertes-clés sur la façon dont les cellules créent des vaisseaux sanguins, en explorant le rôle jusqu’alors inconnu des gènes qui régulent cette fonction. Ces précédentes études portaient sur les gènes connus sous les noms de c-Myc et HIF-1, qui favorisent le développement des vaisseaux sanguins et ont des liens étroits avec le cancer.
Dans cette nouvelle étude, l’équipe de Yang s’est penchée sur les régulateurs négatifs de la croissance des vaisseaux sanguins – ou les protéines qui coupent cette fonction – pour découvrir ce qui les rend inactifs lorsque les tissus sont privés d’oxygène, ce qui se produit dans une tumeur solide.

Une enzyme connue sous le nom de SerRS

Ils se sont concentrés sur une enzyme connue sous le nom de SerRS (seryl-tRNA synthétase). C’est là que cette enzyme lance la première étape de la fabrication de nouvelles protéines. Cependant, cette enzyme se trouve également dans le noyau, accomplissant un travail entièrement différent mais vital : limiter la croissance malsaine des vaisseaux sanguins en altérant la fonction de c-Myc et de HIF-1.
Dans cette étude, les chercheurs ont découvert que le SerRS peut être « réduit au silence » par des protéines connues sous le nom d’ATM/ATR, qui gèrent les réactions de détérioration de l’ADN. Ces protéines s’activent lorsque les tissus sont privés d’oxygène. Lorsque cela se produit, la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins peut ne pas être contrôlée et les tumeurs peuvent se développer.
Grâce à des expériences distinctes impliquant des souris et des cellules humaines de cancer du sein, l’équipe a confirmé qu’en bloquant l’effet de l’ATM/ATR sur le SerRS, elle était capable de réduire avec succès la croissance des tumeurs.
Notamment, dit Yang, SerRS fait partie d’une famille d’enzymes très ancienne appelée ARNt synthétases, qui commence le processus de fabrication des protéines qui vont ensuite former le sang, la peau, les os et d’autres éléments essentiels de la vie humaine. Ces résultats montrent que SerRS a développé des fonctions supplémentaires au-delà de la fabrication des protéines.

Une thérapie potentielle

« Il est possible que SerRS régule plus que le développement des vaisseaux sanguins », dit Yang. « C’est une découverte intéressante qui ouvre la porte à des recherches plus approfondies sur l’étendue de son influence dans le corps humain ». Évidemment, il reste encore plusieurs autres recherches à faire pour que cette approche se traduise en thérapie contre le cancer, mais ces résultats préliminaires montrent qu’elle a un fort potentiel.
Cette recherche a été publiée dans PLOS Biology.
Source : Scripps Research Institute
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

martinBiologie
La plupart des êtres vivants ont besoin d'oxygène pour se développer et s'épanouir. Même les tumeurs cancéreuses. C'est pourquoi elles se développent facilement si elles manquent d'oxygène, créant ainsi de nouvelles voies de survie. Inhiber la croissance des tumeurs Une étude publiée par Scripps Research met en évidence la machinerie moléculaire...