allergie-alimentaire-des-enfants-peut-être-réduite
Les enfants de mères qui boivent relativement plus de lait de vache pendant l’allaitement, ont moins de risque de développer des allergies alimentaires. C’est la conclusion des chercheurs de l’Université technologique de Chalmers, en Suède.

L’allergie des enfants

Ces résultats sont basés sur une enquête portant sur les habitudes alimentaires de plus de 500 femmes suédoises et sur la prévalence des allergies chez leurs enfants à l’âge d’un an. « Nous avons constaté que les mères d’enfants d’un an en bonne santé consommaient plus de lait de vache pendant l’allaitement que les mères d’enfants d’un an allergiques. »
« Bien que l’association soit claire, nous ne prétendons pas que la consommation de lait de vache serait un remède général contre les allergies alimentaires », déclare Mia Stråvik, doctorante dans la division des sciences alimentaires de l’université technologique de Chalmers et premier auteur de  cette étude.
De nombreux facteurs expliquent le risque d’allergie alimentaire, notamment la prédisposition génétique. Pourtant, comme l’explique Mia Stråvik, « le régime alimentaire est un facteur sur lequel les parents eux-mêmes peuvent avoir une influence directe. Il est assez courant aujourd’hui que les jeunes femmes ne boivent pas de lait, en partie à cause des tendances et des préoccupations dominantes, dont certaines sont liées aux mythes sur l’alimentation ».
Elle souligne que l’allergie aux protéines du lait est peu fréquente chez les adultes, de sorte que la plupart des femmes peuvent consommer du lait et des produits laitiers sans problème.

Comment expliquer cela ?

Selon le professeur Ann-Sofie Sandberg, superviseur de Mia Stråvik, une explication possible serait que le lait de la mère contient des substances qui stimulent la maturité du système immunitaire. « Durant le développement d’un enfant, il y a une fenêtre temporelle où la stimulation du système immunitaire est nécessaire pour qu’il développe une tolérance à différents aliments ».
Selon l’hypothèse dite de l’hygiène, un contact précoce avec divers micro-organismes peut fonctionner comme une sorte de « coup de fouet » pour le système immunitaire de l’enfant, explique-t-elle.
L’étude de Mia Stråvik n’est pas la première à établir un lien entre le lait de vache dans l’alimentation d’une mère et la réduction du risque d’allergie chez les enfants. Toutefois, les précédentes études ont souvent été basées uniquement sur les réponses à des questionnaires. Dans la présente étude, les données et les conclusions sont nettement plus solides.

Une étude basée sur des biomarqueurs 

« Dans cette étude, nous avons pu effectivement vérifier la consommation de lait et de produits laitiers déclarée par les femmes grâce à des biomarqueurs dans leur sang et leur lait maternel. Ces biomarqueurs sont deux acides gras formés dans l’estomac de la vache, qui sont spécifiques aux produits laitiers », explique Mia Stråvik. « De plus, tous les cas d’allergie chez les enfants ont été diagnostiqués par un médecin spécialisé dans les allergies infantiles ».
Cette étude fait partie d’un projet de recherche plus vaste qui s’articule autour d’une étude de cohorte de 655 familles ayant accouché à l’hôpital de Sunderby près de Luleå, dans le nord de la Suède, entre 2015 et 2018.
Ce projet a été lancé, et la cohorte a été établie, par Ann-Sofie Sandberg de Chalmers, le professeur Agnes Wold de l’université de Göteborg et le médecin en chef et allergologue pédiatrique Anna Sandin, affiliée à l’université d’Umeå et à l’hôpital de Sunderby. Ce qui permet à cette étude d’offrir des résultats plus clairs et plus pertinents que tout ce qui a été fait auparavant.
Cette recherche a été publiée dans Nutrients.
Source : Chalmers University of Technology
Crédit photo : Pexels