des-koalas-ont-été-stérilisés-contre-la-surpopulation
Dans certaines régions d’Australie, des koalas ont été stérilisés et ont reçu des contraceptifs à long terme, pour contrôler la surpopulation – et cela semble avoir fonctionné.

La surpopulation des koalas 

David Ramsey, de l’Institut Arthur Rylah pour la recherche environnementale de Melbourne, en Australie, et ses collègues ont analysé l’effet de deux programmes de contrôle de la fertilité sur les populations de koalas, dans des régions où ces animaux se sont reproduits trop rapidement, risquant ainsi de mourir de faim.
Les chercheurs ont étudié un programme mis en œuvre entre 2004 et 2013 dans le parc national de Budj Bim, dans l’État de Victoria, dans le cadre duquel des koalas femelles ont été capturées et traitées avec un implant contenant l’hormone lévonorgestrel, un contraceptif qui dure généralement de 10 à 12 ans. Ils ont également examiné l’efficacité d’un programme de stérilisation sur l’île de Kangaroo, en Australie du Sud, entre 1997 et 2013.
Dans certains États australiens tels que le Queensland et la Nouvelle-Galles du Sud, les koalas sont classés comme une espèce vulnérable. Mais dans certaines parties de l’État de Victoria et de l’Australie-Méridionale, leurs populations ont augmenté à des densités si élevées que les arbres qui sont leur principale source de nourriture, sont en danger.

Ils tuent des arbres

Les koalas préfèrent manger le feuillage de quelques espèces d’eucalyptus, en particulier ce qu’ils trouvent dans le sud-est de l’Australie. Cette consommation tue les arbres. Cette surpopulation a déjà provoqué la famine des koalas et une chute drastique de leur nombre dans certaines régions – plus de 70 % des koalas sont morts dans ces régions.
Le déplacement des koalas vers d’autres zones moins peuplées est également utilisé comme solution, mais il est coûteux et parfois impossible à faire. L’équipe a constaté que les programmes de fertilité des koalas ont permis de récupérer des gommiers à manne avec une défoliation légère ou modérée, et de réduire considérablement la mortalité des arbres dans le parc national de Budj Bim.
Les chercheurs suggèrent que les koalas devraient vivre à une densité inférieure à un par hectare pour limiter la surpopulation.
Cette recherche a été publiée dans Biological Conservation.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay