du-pain-comme-échafaudage-de-tissus
Une équipe d’ingénieurs en tissu a essayé d’utiliser du pain comme échafaudage pour la croissance des cellules – et après quelques expérimentations, ils ont réussi avec le pain irlandais au soda. L’une des utilisations possibles de l’échafaudage à pain pourrait être la culture de la viande dans les usines de produits alimentaires.

Faire pousser des cellules avec du pain

« Cela semblait être un projet approprié pour cette époque », déclare Andrew Pelling de l’université d’Ottawa au Canada. De nombreux groupes dans le monde travaillent sur les moyens de faire pousser des tissus et des organes vivants en dehors du corps, pour traiter toutes sortes de troubles. Par exemple, en Chine, cinq enfants nés avec une oreille sous-développée ont reçu une oreille cultivée à partir de leurs propres cellules.
Une méthode courante consiste à « ensemencer » un échafaudage de cellules. De tels échafaudages sont généralement fabriqués à partir du collagène, qui est un matériau de soutien que l’on trouve dans notre corps. Mais le collagène est souvent coûteux et cause des problèmes car il provient généralement d’animaux ou de cadavres.
M. Pelling et son équipe ont expérimenté plusieurs alternatives à base de plantes. En 2016, ils ont fait pousser des oreilles humaines en utilisant des pommes comme échafaudage. Celles-ci ont été sculptées en forme d’oreilles et toutes les cellules vivantes ont été retirées, laissant un échafaudage de cellulose, qui a été ensemencé avec des cellules humaines.

L’équipe ait dû renforcer sa structure

Maintenant, Pelling et ses collègues ont utilisé du pain comme échafaudage. Ils l’ont cuit, en ont retiré de petites portions, les ont stérilisées en les trempant dans de l’alcool, et les ont ensuite ensemencées de diverses cellules. Les premières tentatives ont abouti à un gâchis, comme tous les efforts déployés avec des recettes sans gluten. Le pain irlandais au soda s’est avéré le plus efficace, bien que l’équipe ait dû renforcer sa structure en le traitant chimiquement pour créer davantage de liaisons transversales entre les fibres du pain.
Les chercheurs ont découvert que plusieurs types de cellules, notamment les cellules de la peau, des muscles et des os, sont capables d’infiltrer ces échafaudages et de proliférer. « Nous disposons maintenant d’un autre type de biomatériau très accessible », explique M. Pelling. « Je trouve remarquable que les cellules humaines et animales aient cette capacité de se développer dans des environnements artificiels vraiment bizarres ».
Il prévoit maintenant de mener d’autres études, pour voir si ces tissus peuvent être implantés en toute sécurité chez les animaux, et pourraient donc avoir des utilisations médicales.
« C’est un travail très intéressant et novateur », déclare Glenn Gaudette, de l’Institut polytechnique de Worcester, dans le Massachusetts. En plus des applications médicales, l’utilisation du pain comme échafaudage pourrait avoir des implications pour la viande cultivée ou produite en laboratoire, explique Mme Gaudette. Pour les applications industrielles, il sera crucial de maintenir les coûts à un niveau le plus bas possible, donc un échafaudage bon marché et comestible serait utile.

Un autre projet avec des asperges

Si l’ingénierie tissulaire à base de pain peut sembler peu plausible, un projet encore plus improbable basé sur l’un des matériaux végétaux de Pelling semble très prometteur : le traitement des blessures de la colonne vertébrale à l’aide d’asperges.
L’équipe de Pelling a montré que les rats dont la moelle épinière a été complètement sectionnée peuvent se mouvoir après avoir implanté des capillaires extraits d’asperges. Les microcanaux guident la croissance des axones à partir des cellules nerveuses, ce qui permet de refaire certaines connexions.
Pelling souligne qu’il ne s’agit pas d’un remède miracle et d’autres équipes ont obtenu des résultats similaires chez les rats. Mais le grand avantage est qu’il ne nécessite pas l’utilisation de cellules vivantes, ce qui le rend beaucoup moins cher et plus simple que plusieurs d’autres approches. En octobre, la FDA a désigné l’implant comme un « dispositif révolutionnaire », ce qui accélère le processus des essais sur l’homme.
Cette recherche a été pré-publiée dans bioRxiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

martinbiothechnologie
Une équipe d'ingénieurs en tissu a essayé d'utiliser du pain comme échafaudage pour la croissance des cellules - et après quelques expérimentations, ils ont réussi avec le pain irlandais au soda. L'une des utilisations possibles de l'échafaudage à pain pourrait être la culture de la viande dans les usines...