une-nouveau-médicament-contre-ostéoporose
Une nouvelle forme de médicament utilisé pour traiter l’ostéoporose, qui présente moins d’effets secondaires, pourrait offrir une meilleure option aux patients.

Moins d’effets secondaires

Les innovateurs de l’université de Purdue ont développé une forme stabilisée de calcitonine humaine, un médicament peptidique déjà utilisé pour les personnes atteintes d’ostéoporose. Les chercheurs de Purdue ont créé une forme promédicamenteuse de cette hormone peptidique pour augmenter son efficacité dans le traitement de l’ostéoporose.
Chez l’homme, la calcitonine est l’hormone responsable de l’homéostasie normale du calcium. Lorsqu’elle est prescrite aux patients atteints d’ostéoporose, la calcitonine inhibe la résorption osseuse, ce qui entraîne une augmentation de la masse osseuse.
Malheureusement, la calcitonine humaine subit une fibrillation en solution aqueuse, ce qui réduit son efficacité lorsqu’elle est utilisée à des fins thérapeutiques. En remplacement, on prescrit aux patients atteints d’ostéoporose de la calcitonine de saumon. Elle ne fibrille pas aussi rapidement mais offre une faible puissance et peut causer plusieurs effets secondaires indésirables.

Une augmentation du potentiel thérapeutique 

« Cette technologie peut contribuer à rendre ces médicaments à base de calcitonine plus sûrs et plus efficaces », a déclaré Elizabeth Topp, professeur de pharmacie physique et industrielle à Purdue. « Notre approche augmentera le potentiel thérapeutique de la calcitonine humaine, pour une option plus efficace pour remplacer la calcitonine de saumon pour l’ostéoporose et les troubles connexes ».
Pour diminuer la tendance à la fibrillation et augmenter le bénéfice thérapeutique de la calcitonine humaine, les chercheurs de Purdue ont phosphorylé des résidus d’acides aminés spécifiques.
« De nombreux nouveaux médicaments peptidiques prometteurs ont tendance à former des fibrilles », a déclaré M. Topp. « Cette technologie fournit un moyen de les stabiliser de manière réversible afin que la modification stabilisante se détache lorsqu’un médicament est administré à des patients ».
Cette recherche a été publiée dans Biophysical Journal.
Source : Purdue University
Crédit photo : StockPhotoSecrets