la-marijuana-et-le-tabac-nuisent-à-la-santé
Les scientifiques du Dana-Farber Cancer Institute et des Centers for Disease Control and Prevention, ont découvert de nouvelles preuves des risques potentiels pour la santé des substances chimiques contenues dans la fumée du tabac et de la marijuana.

Des substances chimique toxiques

Dans une étude les chercheurs signalent que les personnes qui ne fument que de la marijuana ont plusieurs substances chimiques toxiques liées à la fumée dans leur sang et leur urine, mais à des niveaux plus faibles que celles qui fument à la fois du tabac et de la marijuana ou du tabac uniquement.
Deux de ces produits chimiques, l’acrylonitrile et l’acrylamide, sont connus pour être toxiques à des niveaux élevés. Les enquêteurs ont également découvert que l’exposition à l’acroléine, une substance chimique produite par la combustion de divers matériaux, augmente avec le tabagisme, mais pas avec celui de la marijuana, et contribue aux maladies cardiovasculaires chez les fumeurs de tabac.
Ces résultats suggèrent que des niveaux élevés d’acroléine peuvent être le signe d’un risque accru de maladie cardiovasculaire et que la réduction de l’exposition à cette substance chimique pourrait diminuer ce risque. Ceci est particulièrement important pour les personnes infectées par le VIH, le virus qui cause le SIDA, étant donné les taux élevés de tabagisme et le risque accru de maladie cardiaque dans ce groupe.

Une étude chez les gens ayant le sida

Cette étude a impliqué 245 participants séropositifs et séronégatifs dans trois études sur l’infection par le VIH aux États-Unis. (Les études impliquant des personnes infectées par le VIH ont été utilisées en raison des taux élevés de tabagisme et de consommation de marijuana dans ce groupe). Les chercheurs ont recueilli des données à partir des dossiers médicaux de ces participants et des résultats des enquêtes.
Puis ils ont analysé leurs échantillons de sang et d’urine pour détecter les substances produites par la dégradation de la nicotine ou la combustion du tabac ou de la marijuana. Cette combinaison de données leur a permis de retracer la présence de substances chimiques toxiques spécifiques au tabagisme et de voir si certaines personnes avaient un risque accru de maladie cardiaque.
Les enquêteurs ont découvert que les participants qui fumaient exclusivement de la marijuana présentaient des taux sanguins et urinaires de plusieurs produits chimiques toxiques liés à la fumée, tels que le naphtalène, l’acrylamide et les métabolites de l’acrylonitrile, plus élevés que les non-fumeurs. Cependant, les concentrations de ces substances étaient plus faibles chez les fumeurs de marijuana uniquement que chez les fumeurs de tabac.
Les enquêteurs ont également constaté que les métabolites de l’acroléine – des substances générées par la dégradation de l’acroléine – étaient élevés chez les fumeurs de tabac mais pas chez les fumeurs de marijuana. Cette augmentation était associée à des maladies cardiovasculaires, que les individus fument du tabac ou présentent d’autres facteurs de risque.

Un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire

« Nos résultats suggèrent que des niveaux élevés d’acroléine peuvent être utilisés pour identifier les patients présentant un risque élevé de maladies cardiovasculaires », a déclaré M. Gabuzda, « et que la réduction de l’exposition à l’acroléine provenant du tabagisme et d’autres sources pourrait être une façon de réduire ces risques ».
Cette recherche a été publiée dans EClinicalMedicine.
Source : Dana-Farber Cancer Institute
Crédit photo : Pexels