une-meilleure-santé-pour-les-groupes-de-moineaux
Les moineaux domestiques sont en meilleure santé lorsqu’ils vivent en groupes, dans lesquels différents individus ont des types de personnalité différents, plutôt que si tous les individus partagent le même type de personnalité.

Des types de personnalité différents

Ces résultats « surprenants » suggèrent que la diversité des personnalités favorise non seulement une société plus saine, mais aussi une meilleure santé physique et mentale pour chaque individu au sein de cette société, déclare Zoltan Barta de l’université de Debrecen en Hongrie. Bien que cette étude se soit concentrée sur les oiseaux, ses résultats peuvent être applicables à d’autres espèces sociales également. « On ne peut pas ignorer l’analogie avec les humains », dit-il.
Barta et ses collègues chercheurs ont piégé 240 moineaux domestiques sauvages, et ont effectué un test de « personnalité » sur chaque oiseau en le plaçant seul dans une cage pendant 10 minutes et en observant son comportement.
Les réactions des oiseaux sont similaires à celles des humains placés seuls dans une cellule de prison, dit-il. « Certains vont essayer frénétiquement de sortir, d’autres vont s’asseoir dans un coin et essayer de comprendre ce qui se passe, d’autres pourraient se promener pour explorer et voir où ils peuvent trouver de l’eau. Et cela, à bien des égards, représente la personnalité ».
Le fait que ces tests de personnalité sur les animaux donnent des résultats cohérents – le même animal obtient le même score de personnalité chaque fois qu’il est testé – indique qu’il s’agit d’une mesure « robuste » de la personnalité, déclare Attila Fülöp, également de l’université de Debrecen, qui a collaboré à cette étude.
Après avoir attribué un score de personnalité à chaque oiseau, les chercheurs ont placé les oiseaux dans des volières par groupes de 10 oiseaux en fonction de leur personnalité. Dans certains groupes, ils n’ont placé que les oiseaux ayant un score de personnalité similaire. Dans d’autres groupes, ils ont placé les oiseaux avec des scores de personnalité différents. Ils ont pesé et prélevé des échantillons de sang de chaque oiseau avant et pendant l’expérience.

Ils étaient en meilleure santé

Au cours des neuf jours suivants, ils ont constaté que les oiseaux des différents groupes avaient un meilleur poids corporel, moins de signes de stress physiologique et moins de dommages oxydatifs sur les tissus que les oiseaux vivant dans des groupes homogènes. Et cela était vrai pour tous les oiseaux du groupe diversifié, quel que soit leur type de personnalité, explique M. Barta.
Ces résultats sont quelque peu contre-intuitifs, dit M. Barta, ajoutant que lui et ses collègues voulaient trouver « l’explication évolutive » des différences de personnalité qu’ils avaient observées au cours de leur décennie de travail avec les oiseaux. « On pourrait penser que si l’on vit dans le même environnement, on devrait tous se comporter de la même manière, mais nous n’avons pas trouvé cela dans notre étude », dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Proceedings of the Royal Society.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay