une-IA-peut-prédire-vos-émotions-devant-une-œuvre
Les peintures de Michel-Ange.peuvent donner au spectateur un sentiment de satisfaction, tandis que les horloges fondantes de Dali suscitent la peur ou la confusion. Maintenant, une IA critique d’art peut prédire les émotions que des peintures célèbres évoqueront et expliquer pourquoi elles sont suffisamment convaincantes pour donner l’impression qu’un humain les a faite.

Une IA critique d’art 

L’analyse des images par une IA se concentre souvent sur la description de ce qui se passe dans les images, mais les sentiments subjectifs qu’elles suscitent ont un effet tout aussi important sur le comportement humain, explique Panos Achlioptas, de l’université de Stanford. « La façon dont nous comprenons et interprétons notre monde, implique de nombreuses réactions émotionnelles », dit-il.
Être capable de prédire et même de reproduire ces réactions pourrait aider les machines à interagir avec nous de manière plus fluide, dit Achlioptas, c’est pourquoi son équipe a construit un ensemble massif de données des réactions humaines, face à l’art en utilisant des enquêtes en ligne.
Ils ont demandé à plus de 6000 participants de choisir l’émotion dominante suscitée par 81 000 peintures dans l’ensemble de données ArtEmis et d’écrire une légende décrivant ce qui, dans l’œuvre d’art, a guidé leur décision, chaque peinture étant analysée par au moins cinq personnes. Les images, les étiquettes d’émotion et les légendes ont été utilisées pour former une IA, qui a ensuite été mise au défi de prédire quelle émotion des peintures inédites évoqueraient et de fournir de brèves explications.
L’évaluation des résultats est extrêmement difficile, explique Achlioptas, car il n’y a pas de bonne réponse. Une majorité d’annotateurs se sont accordés sur l’émotion dominante dans seulement 45 % des peintures. Les chercheurs ont donc effectué une forme de test de Turing, en montrant aux évaluateurs humains un tableau accompagné d’une description de l’IA et d’un annotateur, et leur ont demandé de deviner lequel avait été écrit par un humain. Les descriptions de l’IA ont été considérées comme humaines dans 50 % des cas.

Des résultats prometteurs

Achlioptas admet que les descriptions de l’IA ne sont pas aussi diverses ou créatives que celles des humains, mais il affirme que ces premiers résultats sont prometteurs et qu’ils ont rendu leurs données open source afin que d’autres puissent améliorer leurs modèles.
« Il n’est pas surprenant qu’avec une quantité suffisante de données appropriées et certaines astuces d’apprentissage approfondi, un modèle puisse être formé pour générer des descriptions décentes avec un contenu émotionnel », explique Simon Colton de l’université Queen Mary de Londres, qui n’a pas participé à ce  travail.
Mais ce nouvel ensemble de données est une contribution importante à ce domaine, ajoute-t-il. Une perspective passionnante pourrait être d’utiliser des données pour former une IA créative qui génère de l’art visuel afin qu’il puisse mieux transmettre certains sentiments, dit-il.
Cette recherche a été pré-publiée dans arXiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay