des-neurones-responsables-du-diabète-de-type-2
De nouvelles recherches du département des sciences nutritionnelles de la Texas Tech University, suggèrent qu’un groupe spécifique de neurones dans le cerveau pourrait jouer un rôle crucial dans le développement du diabète de type 2.

Un accès de BCAA et le diabète

En 2014, Andrew Shin, professeur assistant et directeur du laboratoire de neurobiologie de la nutrition, a commencé à étudier comment le corps humain régule les acides aminés à chaîne ramifiée (BCAA). Ces acides aminés essentiels jouent un rôle important, en produisant de l’énergie à partir de notre alimentation et en créant des neurotransmetteurs dont le cerveau a besoin pour fonctionner. Mais des études récentes ont montré qu’un excès de BCAA dans notre sang pouvait en fait être une mauvaise nouvelle.
Les personnes souffrant d’obésité et de diabète de type 2 ont généralement des taux plus élevés de BCAA dans leur sang. En fait, ces taux sont constamment plus élevés à tous les âges et dans toutes les ethnies, ce qui signifie que la quantité de BCAA dans le sang peut être utilisée comme un marqueur précoce du risque de diabète de type 2.
En outre, la supplémentation en BCAA, qui est fréquente chez les athlètes, peut entraîner une résistance à l’insuline et un taux de glucose anormalement élevé – en bref, elle ouvre la voie au développement du diabète de type 2. S’appuyant sur des recherches antérieures, M. Shin a voulu comprendre pourquoi les BCAA sont élevés dans le sang et quels sont les mécanismes sous-jacents qui les rendent ainsi.
Dans une nouvelle étude, le laboratoire de Shin a découvert qu’un groupe spécifique de neurones, appelés neurones protéiques liés à l’agouti, dans une zone spécifique du cerveau, l’hypothalamus médiobasal, sont principalement responsables du contrôle des niveaux de BCAA dans le sang.
« Nos découvertes sont importantes car nous comprenons maintenant mieux comment les BCAA sont contrôlés dans le sang et pourquoi ils peuvent être plus élevés et participer à l’augmentation de la glycémie chez les personnes souffrant d’obésité ou de diabète de type 2 », a expliqué M. Shin.

Des thérapies diététiques ou pharmacologiques 

« Nous pensons que si nous pouvons comprendre comment les BCAA sont normalement régulés dans notre corps, cela nous permettrait de déterminer quelle partie de la voie mécaniste a mal fonctionné chez les personnes souffrant d’obésité ou de diabète de type 2.
Cela nous aiderait éventuellement à mettre au point des interventions diététiques ou pharmacologiques pour maintenir les taux de BCAA dans le sang à un niveau bas. Notre espoir est que cela contribuerait à traiter les personnes susceptibles de développer une résistance à l’insuline et un diabète de type 2 ».
Shin met en garde contre le fait que si cette nouvelle recherche rapproche la science de la compréhension de la régulation physiologique des BCAA, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. « Nous aimerions continuer à définir comment cela se fait », a-t-il déclaré, « en testant si d’autres groupes de neurones sont impliqués, quelles sont les connexions neurales critiques nécessaires, etc.
Cette recherche a été publiée dans Diabetes.
Source :
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Des neurones responsables du diabète de type 2martinBiologie
De nouvelles recherches du département des sciences nutritionnelles de la Texas Tech University, suggèrent qu'un groupe spécifique de neurones dans le cerveau pourrait jouer un rôle crucial dans le développement du diabète de type 2. Un accès de BCAA et le diabète En 2014, Andrew Shin, professeur assistant et directeur du...