des-biomarquers-dans-urine-déterminent-le-type-asthme
Dans une nouvelle étude, des chercheurs du Karolinska Institutet en Suède ont utilisé un test d’urine pour identifier et vérifier le type d’asthme d’un patient. Cette étude jette les bases d’un diagnostic plus personnalisé, et pourrait aboutir à un meilleur traitement de l’asthme sévère.

Identifier le type d’asthme d’une personne

« Il n’existe pas de méthodes simples pour déterminer le type d’asthme dont souffre un individu, une information qui est particulièrement importante pour mieux traiter les patients souffrant des types les plus graves de cette maladie », explique Craig Wheelock, professeur associé au département de biochimie médicale, et dernier auteur de cette étude. Dans cette nouvelle étude, les groupes de recherche du Karolinska Institutet ont fait une découverte importante, qui peut offrir une contribution simple mais claire à un bon diagnostic.
En utilisant une méthodologie basée sur la spectrométrie de masse développée dans le laboratoire Wheelock, ils ont pu mesurer les niveaux de métabolites urinaires de certaines prostaglandines et leucotriènes – des molécules de signalisation eicosanoides qui sont des médiateurs connus de l’inflammation asthmatique des voies respiratoires.
« Nous avons découvert des niveaux particulièrement élevés des métabolites de la prostaglandine D2, un médiateur des mastocytes, et du leucotriène C4, un produit éosinophile, chez les patients asthmatiques souffrant de ce que l’on appelle une inflammation de type 2 », déclare Johan Kolmert, chercheur postdoctoral à l’Institut de médecine environnementale, Karolinska Institutet, et premier auteur de cette étude. « Grâce à notre méthodologie, nous avons pu mesurer ces métabolites avec une grande précision et relier leurs niveaux à la gravité et au type d’asthme ».

Une meilleure précision par rapport à d’autres méthodes 

Cette étude est basée sur les données de l’étude U-BIOPRED (Unbiased BIOmarkers in PREDiction of respiratory disease outcomes), qui a été conçue pour la recherche sur l’asthme sévère. Cette étude a inclus 400 participants souffrant d’asthme sévère, qui nécessite souvent un traitement par des comprimés de corticostéroïdes, près de 100 personnes souffrant de formes plus légères d’asthme et 100 participants sains contrôlant cette maladie. De plus, cette étude montre que la mesure à l’aide d’un test urinaire offre une meilleure précision par rapport à d’autres méthodes de mesure – par exemple les tests sanguins.
Le traitement avec des inhalateurs de stéroïdes est souvent suffisant pour les patients souffrant d’asthme léger, mais pour ceux souffrant d’asthme sévère, il peut être nécessaire de compléter avec des comprimés de corticostéroïdes. Les corticostéroïdes sont associés à plusieurs effets secondaires, tels que l’hypertension, le diabète et des dommages aux yeux et aux os.

Une découverte importante

« Pour remplacer les comprimés de corticostéroïdes, plusieurs médicaments ont récemment été introduits pour traiter les patients souffrant d’une inflammation de type 2 qui est caractérisée par une activation accrue des mastocytes et des éosinophiles », explique Sven-Erik Dahlén. « Cependant, ces traitements sont très coûteux, c’est donc une découverte importante que les échantillons d’urine puissent être utilisés pour identifier précisément les patients qui bénéficieront des médicaments pour l’inflammation de type 2 ».
Cette recherche a été publiée dans American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.
Source : Karolinska Institutet
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Des biomarqueurs dans l'urine déterminent le type d'asthmemartinbiothechnologie
Dans une nouvelle étude, des chercheurs du Karolinska Institutet en Suède ont utilisé un test d'urine pour identifier et vérifier le type d'asthme d'un patient. Cette étude jette les bases d'un diagnostic plus personnalisé, et pourrait aboutir à un meilleur traitement de l'asthme sévère. Identifier le type d'asthme d'une personne 'Il...