la-stimulation-cérébrale-améliore-la-mémoire
Une nouvelle étude de Northwestern Medicine a amélioré la mémoire des situations complexes et réalistes, en appliquant une stimulation magnétique transcrânienne (SMT) au réseau cérébral responsable de la mémoire.

La STM au réseau cérébral responsable de la mémoire

Les auteurs ont ensuite fait regarder aux participants des vidéos d’activités réalistes, pour mesurer le fonctionnement de la mémoire lors des tâches quotidiennes. Les résultats prouvent qu’il est possible de mesurer et de manipuler des types de mémoires réalistes.
« Au quotidien, nous devons nous souvenir d’événements complexes qui impliquent de nombreux éléments, tels que différents lieux, personnes et objets », a déclaré l’auteur principal, Melissa Hebscher, boursière postdoctorale. « Nous avons pu montrer que la mémoire d’événements complexes et réalistes peut être améliorée de manière sûre et non invasive grâce à la stimulation cérébrale ».
Cette étude a été menée sur de jeunes adultes en bonne santé dans un cadre de laboratoire contrôlé. Cependant, ces méthodes pourraient également être utilisées pour améliorer la mémoire des personnes souffrant des troubles de la mémoire dus à des lésions cérébrales, ou à des troubles neurologiques, a déclaré M. Hebscher.
Les auteurs de cette étude ont utilisé la SMT dans le but de modifier l’activité cérébrale et la mémoire pour des événements réalistes. Immédiatement après la stimulation, les sujets ont effectué une tâche de mémoire tout en scannant leur cerveau à l’aide d’une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Au lieu de montrer aux participants des images ou des listes de mots les participants ont regardé des vidéos d’activités quotidiennes comme quelqu’un qui plie le linge ou sort les poubelles.

Leurs réponses étaient plus précises

« Notre étude a utilisé des clips vidéo qui reproduisent plus fidèlement le fonctionnement de la mémoire au quotidien », a déclaré M. Hebscher. Après la stimulation, les participants ont répondu plus précisément aux questions sur le contenu des clips vidéo, comme l’identification de la couleur de la chemise que portait un acteur ou la présence d’un arbre en arrière-plan.
En outre, cette étude a montré que la stimulation cérébrale entraînait une meilleure qualité du rétablissement des souvenirs dans le cerveau. Cela se produit lorsque le cerveau rejoue ou revit un événement original, a déclaré M. Hebscher. Après cette stimulation, l’activité cérébrale d’une personne qui regarde une vidéo ressemble davantage à l’activité de son cerveau lorsqu’elle se souvient de cette même vidéo.
C’est pourquoi se souvenir peut parfois ressembler à un « voyage dans le temps mental » », a déclaré M. Hebscher. Nos résultats montrent que la stimulation améliore ce « voyage mental dans le temps » dans le cerveau et la précision de la mémoire. Ces résultats ont des implications pour le développement de moyens sûrs et efficaces pour améliorer la mémoire du monde réel ».

Comment cette étude a fonctionné

Les auteurs de cette étude ont utilisé une technique d’imagerie cérébrale appelée analyse des motifs multi-voyaux pour comparer les motifs de l’activité cérébrale lorsque les sujets regardent une vidéo à l’activité cérébrale lorsque les sujets se souviennent de cette même vidéo. Les scientifiques ont mesuré l’effet de la stimulation en comparant la mémoire et l’activité cérébrale après stimulation du réseau de mémoire aux mêmes mesures après la stimulation d’une région cérébrale témoin, n’appartenant pas au réseau de la mémoire.
Pendant ce test les sujets ont regardé un grand nombre de vidéos, puis s’en sont souvenus et ont répondu à des questions vraies-fausses sur le contenu de ces vidéos. Les chercheurs ont constaté que la stimulation du réseau de la mémoire améliorait le nombre de questions auxquelles les sujets répondaient correctement. Elle augmentait également la réintégration des vidéos dans les régions du cerveau associées au traitement visuel.

Améliorer l’efficacité de la stimulation

« Des études de suivi permettront de recueillir des mesures plus fiables du réseau cérébral responsable de la mémoire chez les sujets sains, ainsi que chez les patients souffrant de troubles de la mémoire », a déclaré M. Hebscher. « Avoir une mesure plus fiable de ce réseau nous aidera à identifier plus facilement la réintégration dans le cerveau et pourrait contribuer à améliorer l’efficacité de la stimulation pour renforcer la mémoire ».
Cette recherche a été publiée dans Current Biology.
Source : Northwestern University
Crédit photo : StockPhotoSecrets