la-lumière-nocturne-et-le-cancer-de-la-thyroïde
Les personnes vivant dans des régions où la lumière artificielle extérieure est très forte la nuit, peuvent courir un risque plus élevé de développer un cancer de la thyroïde. Cette conclusion est tirée d’une nouvelle étude.

Une étude avec 464 371 participants 

Au cours du siècle dernier, les paysages nocturnes – en particulier dans les villes – ont radicalement changé en raison de la croissance rapide de l’éclairage électrique. En outre, des études épidémiologiques ont fait état d’une association entre des niveaux plus élevés de lumière nocturne mesurés par satellite et un risque accru de cancer du sein.
Comme certains cancers du sein peuvent avoir une base hormono-dépendante commune avec le cancer de la thyroïde, une équipe dirigée par Qian Xiao, a cherché une association entre la lumière nocturne et le développement ultérieur du cancer de la thyroïde parmi les participants à l’étude NIH-AARP Diet and Health Study, qui a recruté des adultes américains âgés de 50 à 71 ans en 1995-1996. Les chercheurs ont analysé des données d’imagerie satellite pour estimer les niveaux de lumière la nuit à l’adresse des participants, et ils ont examiné les bases de données des registres du cancer des États pour identifier les diagnostics de cancer de la thyroïde jusqu’en 2011.
Parmi les 464 371 participants qui ont été suivis pendant 12,8 ans en moyenne, 856 cas de cancer de la thyroïde ont été diagnostiqués (384 chez les hommes et 472 chez les femmes). Par rapport au quintile inférieur de lumière nocturne, le quintile supérieur était associé à un risque 55 % plus élevé de développer un cancer de la thyroïde.
Cette association était principalement due à la forme la plus courante de cancer de la thyroïde, appelée cancer papillaire de la thyroïde, et elle était plus forte chez les femmes que chez les hommes. Chez les femmes, l’association était plus forte pour les cancers localisés sans signe de propagation à d’autres parties du corps, tandis que chez les hommes, l’association était plus forte pour les stades plus avancés du cancer. L’association semblait être similaire pour différentes tailles de tumeurs et chez des participants présentant des caractéristiques sociodémographiques et un indice de masse corporelle différents.

Comprendre les mécanismes 

Les chercheurs ont noté que des études épidémiologiques supplémentaires sont nécessaires pour confirmer leurs conclusions. Si elles sont confirmées, il sera important de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la relation entre la lumière de la nuit et le cancer de la thyroïde. Les scientifiques ont noté que la lumière nocturne supprime la mélatonine, un modulateur de l’activité des œstrogènes qui peut avoir d’importants effets anti-tumoraux. De plus, la lumière nocturne peut entraîner une perturbation de l’horloge interne du corps, ce qui constitue un facteur de risque pour divers types de cancer.
« En tant qu’étude observationnelle, notre étude n’est pas conçue pour établir un lien de causalité. Par conséquent, nous ne savons pas si des niveaux plus élevés de lumière nocturne, entraînent un risque élevé de cancer de la thyroïde; cependant, étant donné les preuves bien établies qui soutiennent le rôle de l’exposition à la lumière la nuit et de la perturbation du rythme circadien, nous espérons que notre étude motivera les chercheurs à examiner plus précisément la relation entre la lumière la nuit et le cancer, et d’autres maladies », a déclaré le Dr Xiao. « Récemment, des efforts ont été faits dans certaines villes pour réduire la pollution lumineuse, et nous pensons que les études futures devraient évaluer si et dans quelle mesure ces efforts ont un impact sur la santé humaine ».
Cette recherche a été publiée dans Cancer.
Source : Wiley
Crédit photo : Pixabay

La lumière nocturne et le cancer de la thyroïdemartinBiologie
Les personnes vivant dans des régions où la lumière artificielle extérieure est très forte la nuit, peuvent courir un risque plus élevé de développer un cancer de la thyroïde. Cette conclusion est tirée d'une nouvelle étude. Une étude avec 464 371 participants  Au cours du siècle dernier, les paysages nocturnes -...