une-potentielle-alternatives-aux-analgésiques-opioïdes
Lorsqu’ils sont modifiés par un processus appelé époxydation, deux lipides naturels sont convertis en agents puissants qui ciblent de multiples récepteurs cannabinoïdes dans les neurones, interrompant les voies qui favorisent la douleur et l’inflammation, rapportent les chercheurs.

Cibler les récepteurs cannabinoïdes

Ces composés modifiés, appelés épo-NA5HT et épo-NADA, ont des effets beaucoup plus puissants que les molécules dont ils sont dérivés, qui régulent également la douleur et l’inflammation. Cette étude ouvre une nouvelle voie de recherche dans l’effort de trouver des alternatives aux analgésiques opioïdes potentiellement toxicomanogènes, affirment les chercheurs.
« Notre corps utilise beaucoup de gènes pour le métabolisme des lipides, et les gens ne savent pas ce que font ces lipides », a déclaré M. Das. « Lorsque nous consommons des choses comme les acides gras polyinsaturés, en quelques heures, ils sont transformés en métabolites de lipides dans le corps. Les scientifiques ont tendance à considérer ces molécules comme des sous-produits métaboliques, « mais le corps les utilise pour des processus de signalisation », a déclaré M. Das. « Je veux connaître l’identité de ces métabolites et savoir ce qu’ils font. »
Elle et ses collègues se sont concentrés sur le système endocannabinoïde, car les récepteurs cannabinoïdes des cellules de tout l’organisme jouent un rôle dans la régulation de la douleur. Lorsqu’ils sont activés, ces récepteurs cannabinoïdes 1 et 2 ont tendance à réduire la douleur et l’inflammation, tandis qu’un troisième récepteur, le TRPV1, favorise la sensation de douleur et contribue à l’inflammation. Ces récepteurs travaillent ensemble pour moduler les réponses de l’organisme aux blessures ou aux maladies.

Deux molécules lipidiques

Des recherches antérieures ont permis d’identifier deux molécules lipidiques, connues sous les noms de NA5HT et NADA, qui suppriment naturellement la douleur et l’inflammation. Das et ses collègues ont découvert que les cellules du cerveau possèdent la machinerie moléculaire pour époxyder NA5HT et NADA, les convertissant en épo-NA5HT et épo-NADA. D’autres expériences ont révélé que ces deux lipides époxydés sont beaucoup plus puissants que les molécules précurseures dans leurs interactions avec les récepteurs cannabinoïdes.
« Par exemple, nous avons découvert que l’épo-NA5HT est un antagoniste du TRPVI qui est 30 fois plus puissant que le NA5HT et qu’il présente une inhibition nettement plus forte des réponses médiées par le TRPV1 dans les neurones », a déclaré M. Das. Il inhibe les voies associées à la douleur et à l’inflammation, et favorise les voies anti-inflammatoires.

De futurs composés pour combattre la douleur

L’équipe n’a pas pu déterminer si les neurones époxydent naturellement la NA5HT et la NADA dans le cerveau, mais les résultats sont prometteurs pour le développement futur de composés lipidiques qui peuvent combattre la douleur et l’inflammation sans les dangereux effets secondaires associés aux opioïdes, a déclaré M. Das.
Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.
Source : University of Illinois at Urbana-Champaign
Crédit photo : StockPhotoSecrets