le-cerveau-peut-il-résister-à-opimiom-du-groupe
Les scientifiques de l’université HSE ont appris que le fait d’être en désaccord avec l’opinion des autres laisse une « trace » dans l’activité cérébrale, ce qui permet au cerveau d’ajuster plus tard son opinion en faveur du point de vue de la majorité.

L’opinion des autres et la majorité

Nous changeons souvent nos croyances sous l’influence d’autres personnes. Ce comportement social est appelé conformité et explique divers éléments de notre comportement, du vote aux élections aux tendances de la mode chez les adolescents.
Les recherches sur le cerveau ont récemment permis de mieux connaître les effets à court terme de l’influence sociale sur la prise de décision. Si notre choix coïncide avec le point de vue des personnes qui nous sont chères, cette décision est renforcée dans les centres de « plaisir » du cerveau impliqués dans le système dopaminergique qui est responsable de l’apprentissage, de l’activité motrice et de nombreuses autres fonctions. À l’inverse, en cas de désaccord avec d’autres personnes, le cerveau signale qu’une « erreur » a été commise et déclenche la conformité.
Cependant, il existe peu d’études sur la manière dont l’influence sociale affecte l’activité cérébrale une fois que nous avons formé une opinion et pris connaissance de l’opinion des autres. Les neuroscientifiques de l’ESS ont décidé d’étudier si l’opinion des autres entraîne des changements à long terme dans l’activité cérébrale. Les scientifiques ont utilisé la magnétoencéphalographie (MEG), une méthode unique qui permet de voir en détail l’activité du cerveau humain pendant le traitement de l’information, et qui a une résolution temporelle supérieure à celle de l’IRMf traditionnelle.
Au début de l’expérience, 20 participantes ont évalué la mesure dans laquelle elles faisaient confiance à des étrangers dont le visage était représenté sur une série de photographies. Elles ont ensuite été informées de l’opinion collective d’un grand groupe de pairs, sur la question de savoir s’il fallait faire confiance à ces étrangers. Parfois l’opinion du groupe contredisait celle des participantes, et parfois elle coïncidait avec celle-ci. Au bout d’une demi-heure, les sujets étaient invités à réévaluer leur confiance envers ces mêmes étrangers.

L’importance de l’influence des autres

Cette étude a montré que les participants ont changé leur opinion sur un étranger sous l’influence de leurs pairs dans environ la moitié des cas. En outre, des changements sont intervenus dans leur activité cérébrale; les scientifiques ont découvert des « traces » de désaccords passés avec leurs pairs. Lorsque les sujets revoyaient le visage d’un étranger, après une fraction de seconde, leur cerveau signalait que la dernière fois leur opinion personnelle ne coïncidait pas avec l’évaluation donnée par leurs pairs. La fixation de ce signal permet au cerveau de prévoir les éventuels conflits à venir, découlant des désaccords, et cela se produit probablement de manière subconsciente.
Il est intéressant de noter qu’une zone comme le cortex pariétal supérieur, une zone du cerveau responsable de la récupération des souvenirs, est impliquée dans le codage du signal des désaccords passés avec le groupe. Il est probable que les visages des étrangers, au sujet desquels le cerveau a rencontré une différence d’opinion, soient mieux mémorisés que les autres.
Ainsi, les opinions des autres n’influencent pas seulement notre comportement, mais provoquent également des changements à long terme dans la façon dont notre cerveau fonctionne. Apparemment, non seulement le cerveau s’adapte rapidement aux opinions des autres, mais il commence aussi à percevoir les informations à travers les yeux de la majorité pour que des conflits sociaux ne se produisent pas.

Nous adaptons nos opinions à celles de la majorité

Notre étude montre l’influence considérable de l’opinion des autres sur la façon dont nous percevons l’information », déclare le professeur Vasily Klucharev de l’université HSE, l’un des auteurs de cette étude. Nous vivons dans des groupes sociaux et adaptons automatiquement nos opinions à celles de la majorité, et l’opinion de nos pairs peut changer la façon dont notre cerveau traite l’information pendant une période relativement longue ».
« Il était très intéressant d’utiliser des méthodes modernes de neuro-cartographie et de voir les traces des conflits passés avec l’opinion du groupe dans l’activité du cerveau », ajoute Aleksei Gorin, doctorant à l’université HSE. Le cerveau absorbe l’opinion des autres comme une éponge et adapte ses fonctions à l’opinion de son groupe social ».
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : HSE University
Crédit photo : PXhere

Le cerveau peut-il résister à l'opinion du groupe ?martinSociété
Les scientifiques de l'université HSE ont appris que le fait d'être en désaccord avec l'opinion des autres laisse une 'trace' dans l'activité cérébrale, ce qui permet au cerveau d'ajuster plus tard son opinion en faveur du point de vue de la majorité. L'opinion des autres et la majorité Nous changeons souvent...