1-décès-sur-5-causé-par-les-émissions-de-combustibles-fossiles
Plus de 8 millions de personnes sont mortes en 2018 à cause de la pollution des combustibles fossiles, un chiffre nettement supérieur à ce que les recherches précédentes laissaient entendre, selon une nouvelle étude de l’université de Harvard, en collaboration avec l’université de Birmingham, l’université de Leicester et l’University College London. Les chercheurs ont estimé que l’exposition aux particules provenant des émissions de combustibles fossiles représentait 18 % du nombre total de décès dans le monde en 2018, soit un peu moins de 1 sur 5.

Les émissions des combustibles fossiles

Cette étude augmente considérablement les estimations du nombre de personnes tuées par la pollution de l’air. La dernière étude sur la charge mondiale de morbidité, la plus vaste et la plus complète sur les causes de la mortalité mondiale, a estimé à 4,2 millions le nombre total de décès dans le monde dus à toutes les particules en suspension dans l’air extérieur, y compris la poussière et la fumée des feux de forêts et des brûlis agricoles.
Les recherches précédentes s’appuyaient sur des observations par satellite et en surface pour estimer les concentrations annuelles moyennes mondiales de particules en suspension dans l’air, connues sous le nom de PM2,5. Le problème est que les observations par satellite et en surface ne peuvent pas faire la différence entre les particules provenant des émissions de combustibles fossiles, et celles provenant de la poussière, de la fumée des feux de forêt ou d’autres sources.
« Avec les données satellitaires, vous ne voyez que les pièces du puzzle », a déclaré Loretta J. Mickley, chargée de recherche senior sur les interactions chimie-climat et coauteur de cette étude. « Il est difficile pour les satellites de distinguer les différents types de particules, et il peut y avoir des lacunes dans les données ».

Ils ont utilisé GEOS-Chem

Pour surmonter ce défi, les chercheurs de Harvard se sont tournés vers GEOS-Chem, un modèle global 3D de la chimie atmosphérique dirigé à SEAS par Daniel Jacob, le professeur de chimie atmosphérique et d’ingénierie environnementale de la famille Vasco McCoy. Des études antérieures ont utilisé GEOS-Chem pour modéliser les effets des particules sur la santé, et ses résultats ont été validés par des observations de surface, aériennes et spatiales dans le monde entier.
Pour modéliser les PM2,5 générées par la combustion des combustibles fossiles, les chercheurs se sont appuyés sur les estimations de GEOS-Chem des émissions de plusieurs secteurs, dont l’énergie, l’industrie, les navires, les avions et les transports terrestres, et ont simulé la chimie détaillée des oxydants et des aérosols sous l’effet de la météorologie du Global Modeling and Assimilation Office de la NASA.
Les chercheurs ont utilisé les données sur les émissions et la météorologie principalement à partir de 2012, car il s’agit d’une année qui n’est pas influencée par El Niño, qui peut aggraver ou atténuer la pollution atmosphérique, selon la région. Les chercheurs ont mis à jour les données afin de refléter l’évolution significative des émissions de combustibles fossiles de la Chine, qui ont diminué de moitié environ entre 2012 et 2018.

Un impact sur la santé humaine

Une fois la concentration de PM2,5 provenant des combustibles fossiles en plein air connue, les chercheurs ont dû déterminer l’impact de ces niveaux sur la santé humaine. Si l’on sait depuis des décennies que les particules en suspension dans l’air constituent un danger pour la santé publique, peu d’études épidémiologiques ont été menées pour quantifier les effets sur la santé à des niveaux d’exposition très élevés comme ceux que l’on trouve en Chine ou en Inde.
Ce nouveau modèle a révélé un taux de mortalité plus élevé pour une exposition à long terme aux émissions de combustibles fossiles, y compris à des concentrations plus faibles.  Les chercheurs ont estimé que la décision de la Chine de réduire de près de moitié ses émissions de combustibles fossiles a permis de sauver 2,4 millions de vies dans le monde, dont 1,5 million en Chine, en 2018.

Des alternatives viables et plus propres

« Notre étude vient s’ajouter aux preuves de plus en plus nombreuses que la pollution atmosphérique due à la dépendance continue aux combustibles fossiles est préjudiciable à la santé mondiale », a déclaré Eloise Marais ancienne boursière à Harvard. « Nous ne pouvons pas en toute bonne conscience continuer à dépendre des combustibles fossiles, alors que nous savons qu’ils ont des effets aussi graves sur la santé et qu’il existe des alternatives viables et plus propres.
Cette recherche a été publiée dans Environmental Research.
Source : Harvard University
Crédit photo : Pixabay

1 décès sur 5 causé par les émissions de combustibles fossilesmartinPollution
Plus de 8 millions de personnes sont mortes en 2018 à cause de la pollution des combustibles fossiles, un chiffre nettement supérieur à ce que les recherches précédentes laissaient entendre, selon une nouvelle étude de l'université de Harvard, en collaboration avec l'université de Birmingham, l'université de Leicester et l'University...