les-femmes-lisent-mieux-les-pensées-que-les-hommes
Une nouvelle approche de la « lecture de l’esprit » a été mise au point par des chercheurs de l’université de Bath, Cardiff et Londres pour améliorer notre compréhension de ce que pensent les autres. Et il s’avère que les femmes sont bien meilleures que les hommes pour se mettre à la place des autres.

La lecture de l’esprit

La lecture de l’esprit, parfois appelée « mentalisation » est une capacité importante, qui nous permet de détecter des indices comportementaux subtils, qui pourraient indiquer que notre interlocuteur pense quelque chose qu’il ne dit pas (par exemple, être sarcastique ou même mentir).
Les chercheurs affirment que nous avons tous des capacités de lecture de l’esprit différentes, certains d’entre nous étant intrinsèquement meilleurs que d’autres. Le fait que nous ne soyons pas tous doués pour la lecture de l’esprit peut entraîner des difficultés, en particulier pour les personnes atteintes d’autisme, où cela peut conduire à des luttes sociales pour établir ou maintenir des relations.
Pour identifier les personnes qui ont des difficultés et leur apporter un soutien approprié, l’équipe de Bath a conçu un nouveau test de lecture de l’esprit, qui s’appuie sur des données provenant de plus de 4 000 personnes autistes et non autistes au Royaume-Uni et aux États-Unis.
Les résultats de leur questionnaire en quatre étapes ont été notés de 4 à 16 (4 indiquant une faible capacité de lecture de l’esprit, 16 indiquant une excellente capacité). Le score moyen de leur questionnaire se situait entre 12 et 13.
Après avoir confirmé statistiquement que ce test mesurait la même chose chez les hommes et les femmes, ils ont constaté que les femmes déclaraient mieux lire dans les pensées que les hommes, tout en confirmant également certains des défis sociaux bien signalés auxquels est confrontée la communauté des autistes.

Séparé la lecture de l’esprit de l’empathie

« Pour comprendre ce processus, nous avons dû séparer la lecture de l’esprit de l’empathie. La lecture de l’esprit consiste à comprendre ce que les autres pensent, alors que l’empathie consiste à comprendre ce que les autres ressentent. La différence peut sembler subtile, mais elle est d’une importance capitale et implique des réseaux cérébraux très différents. En nous concentrant sur la mesure de la lecture de l’esprit, sans la confondre avec l’empathie, nous sommes convaincus que nous venons de mesurer la lecture de l’esprit. Et, en faisant cela, nous constatons constamment que les femmes ont déclaré avoir une plus grande capacité de lecture de l’esprit que leurs homologues masculins ».
Le Dr. Punit Shah, auteur principal de cette étude et expert de premier plan en matière de cognition sociale a expliqué : « nous aurons tous sans aucun doute vécus des expériences où nous aurons eu le sentiment de ne pas être en contact avec nos interlocuteurs, où nous aurons eu l’impression qu’ils ne nous comprenaient pas, ou encore où des choses que nous avons expliquées ont été mal interprétées. Une grande partie de notre communication repose sur notre compréhension de ce que pensent les autres, et pourtant c’est un processus étonnamment complexe que tout le monde ne peut pas faire ».
La chercheuse principale, Rachel Clutterbuck, a souligné l’importance clinique de ce questionnaire. Elle a déclaré : « ce nouveau test, qui prend moins d’une minute à remplir, est d’une grande utilité en milieu clinique. Il n’est pas toujours évident de savoir si une personne éprouve des difficultés à comprendre et à répondre aux autres – et beaucoup de personnes ont appris des techniques qui peuvent réduire l’apparition de difficultés sociales, même si celles-ci persistent.

Des résultats pertinents pour les autistes

« Ce travail a un grand potentiel pour mieux comprendre le vécu des personnes ayant des difficultés de lecture de l’esprit, comme celles atteintes d’autisme, tout en produisant un score quantitatif précis qui peut être utilisé par les cliniciens pour identifier les individus qui peuvent bénéficier d’interventions ».
Le Dr Shah a ajouté : « cette recherche a permis de mieux comprendre nos capacités de lecture de l’esprit et d’apporter des solutions à ceux qui pourraient avoir des difficultés, en particulier la communauté des autistes. Nous avons créé un questionnaire disponible gratuitement qui, nous l’espérons, pourra aider à identifier les personnes qui éprouvent des difficultés mentales en rapport avec les situations sociales ».
Cette recherche a été publiée dans Psychological Assessment.
Source : University of Bath
Crédit photo : Pexels

Les femmes lisent mieux les pensées que les hommesmartinBiologie
Une nouvelle approche de la 'lecture de l'esprit' a été mise au point par des chercheurs de l'université de Bath, Cardiff et Londres pour améliorer notre compréhension de ce que pensent les autres. Et il s'avère que les femmes sont bien meilleures que les hommes pour se mettre à...