une-protéine-cérébrale-prédit-Alzheimer
Une protéine cérébrale unique mesurée dans le sang, pourrait être utilisée pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer des décennies avant l’apparition des symptômes, selon une nouvelle recherche de l’université Edith Cowan (ECU).

La protéine acide fibrillaire gliale

Cette étude est la première à découvrir que les personnes ayant un taux élevé de protéine acide fibrillaire gliale (GFAP) dans le sang ont également une augmentation de la bêta-amyloïde dans le cerveau, un indicateur connu de la maladie d’Alzheimer.
La GFAP est une protéine normalement présente dans le cerveau, mais elle est libérée dans le sang lorsque le cerveau est endommagé au début de la maladie d’Alzheimer. Le chercheur principal de cette étude, le professeur Ralph Martins AO de l’ECU, a déclaré que cette découverte offrait une nouvelle voie prometteuse pour le diagnostic précoce.
« Les biomarqueurs sanguins deviennent une alternative intéressante, aux méthodes coûteuses et invasives actuelles de diagnostic de la maladie d’Alzheimer », a déclaré le professeur Martins. « Le biomarqueur GFAP pourrait être utilisé pour mettre au point un test sanguin simple et rapide, permettant de détecter si une personne présente un risque très élevé de développer la maladie d’Alzheimer.
« Un diagnostic précoce est essentiel pour nous permettre de mettre en œuvre des interventions en matière de médicaments et de mode de vie, qui peuvent contribuer à retarder la progression de cette maladie et à donner aux personnes plus de temps avant l’apparition des symptômes ».
La maladie d’Alzheimer est une affection dégénérative du cerveau qui peut se développer silencieusement au fil des ans. Elle entraîne un déclin de la mémoire et une perte des capacités de réflexion. Il n’existe pas de remède connu. Selon le professeur Martins, la mise au point d’un test sanguin précoce pour cette maladie sera révolutionnaire.
« La technologie de détection des biomarqueurs s’est développée rapidement, je pense donc que nous commencerons à voir des tests sanguins diagnostiques utilisés pour la maladie d’Alzheimer dans les prochaines années.

Un test sanguin pour un diagnostic précoce

« Les tests actuels d’imagerie cérébrale et de ponction lombaire sont coûteux et invasifs, et ne sont pas largement disponibles pour la population générale. Un test sanguin pourrait ouvrir des possibilités de diagnostic précoce pour des millions de personnes, et permettre ainsi des interventions plus précoces ».
Cette étude a porté sur 100 Australiens âgés de 65 à 90 ans ne présentant aucun symptôme de la maladie d’Alzheimer. Le professeur Martins a déclaré que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le GFAP dans la maladie d’Alzheimer.
« Des études longitudinales nous permettront de mieux comprendre le lien entre la GFAP et la progression de la maladie d’Alzheimer, ce qui pourrait nous permettre de déterminer quand les symptômes apparaîtront ».
Le professeur Martins fait également partie d’une vaste étude explorant les interventions pour la maladie d’Alzheimer, dans le but ultime de trouver des médicaments et des facteurs liés au mode de vie qui peuvent arrêter ou retarder le développement de cette maladie.

Intervenir plus tôt

« Les techniques de diagnostic et d’intervention vont de pair – si nous pouvons utiliser des biomarqueurs sanguins pour détecter plus tôt la maladie d’Alzheimer, nous pouvons également intervenir plus tôt », a-t-il déclaré.
Cette recherche a été publiée dans Translational Psychiatry.
Source : Edith Cowan University
Crédit photo : iStock