un-traitement-prometteur-contre-alcoolisme

Awakn Life Sciences annonce aujourd’hui la publication des résultats de l’essai BIMA (Bristol Imperial MDMA in Alcoholism) du Dr Ben Sessa, une étude ouverte sur la sécurité, la tolérabilité et la preuve de concept qui étudie le rôle potentiel de la psychothérapie assistée par la MDMA dans le traitement des patients souffrant de troubles liés à l’alcoolisme (AUD).

Un traitement utilisant la MDMA 

Les résultats montrent que la psychothérapie assistée par la MDMA (3,4-méthylènedioxyméthamphétamine) a été bien tolérée par tous les participants. Aucun événement indésirable inattendu n’a été observé, et le fonctionnement psychosocial s’est amélioré dans l’ensemble de la cohorte.

Au cours d’une thérapie de huit semaines, les participants ont reçu deux séances de MDMA (187,5 mg par séance). Un soutien psychologique a été fourni avant, pendant et après chaque session. Fait significatif, neuf mois après la désintoxication, la consommation moyenne d’alcool des participants était de 18,7 unités par semaine, contre 130,6 unités par semaine avant la désintoxication. Ces résultats se comparent favorablement à ceux d’une étude observationnelle précédente (l’étude « Outcomes ») réalisée par la même équipe auprès d’une population similaire de personnes souffrant des troubles de l’alcoolisation foetale.

Le Dr Ben Sessa, médecin en chef d’Awakn, a déclaré : « il s’agit de la première étude clinique sur l’efficacité potentielle de la psychothérapie assistée par la MDMA comme traitement des troubles liés à l’alcoolisme. Elle apporte un soutien préliminaire à la sécurité et à la tolérabilité de la MDMA post-détox. Awakn est maintenant en train de concevoir d’autres essais pour mieux examiner le potentiel thérapeutique de la MDMA. Je suis très reconnaissant à mes collègues chercheurs, le Dr Laurie Higbed, le professeur David Nutt et Steven O’Brien, pour leur travail inspirant ».

La consommation d’alcool en chiffres

Le trouble lié à l’alcool est le plus répandu des troubles liés à la consommation de substances, la consommation d’alcool étant l’une des cinq premières causes de maladie et d’invalidité dans presque tous les pays d’Europe. Au Royaume-Uni, l’alcool et les maladies connexes sont la principale cause de décès chez les hommes âgés de 16 à 54 ans, représentant plus de 20 % de la population adulte totale. Ces chiffres devraient également augmenter en raison de la pandémie de COVID-19. Bien qu’il existe actuellement des méthodes de traitement efficaces pour certains segments de la population, les taux de rechute sont élevés.

L’équipe de cette étude a été présidée par le président du conseil consultatif scientifique d’Awakn, le professeur David Nutt, du département de médecine de l’Imperial College de Londres. Il a ajouté : « cette étude clinique soutient l’expérience pratique de nombreux leaders d’opinion en psychiatrie selon laquelle les traitements assistés par les psychédéliques, y compris la MDMA pour les troubles mentaux, ont le potentiel de fournir des résultats nettement meilleurs pour de nombreux groupes de patients ».

Une étude de phase IIb

Awakn fait avancer cette recherche dans une étude de phase IIb au Royaume-Uni et sera un essai clinique en double aveugle, contrôlé par placebo, conçu pour approfondir la recherche sur la sécurité et l’efficacité de la psychothérapie assistée par la MDMA pour les troubles liés à la consommation d’alcool.

Cette recherche a été publiée dans Journal of Psychopharmacology.

Source : Awakn Life Sciences
Crédit photo : StockPhotoSecrets