réparer-la-moelle-épinière-avec-des-cellules-souches
L’injection intraveineuse de cellules souches dérivées de la moelle osseuse (CSM), chez des patients atteints de lésions de la moelle épinière a entraîné une amélioration significative des fonctions motrices, rapportent des chercheurs de l’université de Yale et du Japon.

Réparer les lésions de la moelle épinière

Pour plus de la moitié des patients, des améliorations substantielles des fonctions-clés, telles que la capacité à marcher ou à utiliser les mains, ont été observées dans les semaines qui ont suivi l’injection des cellules souches, indiquent les chercheurs. Aucun effet secondaire important n’a été signalé.
Les patients avaient subi des lésions non pénétrantes de la moelle épinière, dans de nombreux cas à la suite de chutes ou de traumatismes mineurs, plusieurs semaines avant l’implantation des cellules souches. Leurs symptômes comprenaient une perte de la fonction motrice et de la coordination, une perte sensorielle, ainsi qu’un dysfonctionnement de l’intestin et de la vessie.
Les cellules souches ont été préparées à partir de la propre moelle osseuse des patients, selon un protocole de culture qui a pris quelques semaines dans un centre de traitement cellulaire spécialisé. Ces cellules ont été injectées par voie intraveineuse dans cette série, chaque patient servant de témoin. Les résultats n’ont pas été obtenus à l’aveugle et il n’y a pas eu de contrôle par placebo.

Des études supplémentaires sont nécessaires

Jeffrey D. Kocsis et Stephen G. Waxman soulignent que des études supplémentaires seront nécessaires pour confirmer les résultats de cet essai préliminaire, sans insu. Ils soulignent également que cela pourrait prendre des années. Malgré les difficultés, ils restent optimistes.
« Des résultats semblables avec les cellules souches chez les patients victimes d’un accident vasculaire cérébral augmentent notre confiance dans l’utilité clinique de cette approche », a noté M. Kocsis. « Cette étude clinique est l’aboutissement d’un travail de laboratoire préclinique approfondi utilisant des CSM entre les collègues de Yale et de Sapporo pendant de nombreuses années ».
« L’idée que nous puissions être en mesure de restaurer les fonctions après une lésion du cerveau et de la moelle épinière, en utilisant les propres cellules souches du patient nous intéresse depuis des années », a déclaré M. Waxman. « Maintenant, nous avons un indice, chez les humains, que cela peut fonctionner. »
Cette recherche a été publiée dans Journal of Clinical Neurology and Neurosurgery.
Source : Yale University
Crédit photo : StockPhotoSecrets