la-douleur-peut-révéler-la-maladie-Alzheimer
Des chercheurs d’une étude, ont mené des recherches sur la manière dont la perception de la douleur peut varier chez les personnes susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer, et ont mis en évidence certaines différences utiles qui, espèrent-ils, pourraient un jour se traduire par un outil de diagnostic peu coûteux.

Détecter la maladie d’Alzheimer

Ces travaux se concentrent sur une variante du gène appelée APOE4, les personnes porteuses d’une copie de cette variante ayant trois fois plus de chances de développer la maladie d’Alzheimer. Dirigée par le Dr Ray Romano, cette nouvelle étude a exploré comment il pourrait y avoir un moyen de détecter cette variante chez les patients qui serait beaucoup plus simple que de procéder à des tests génétiques.
Les scientifiques ont recruté 49 sujets sains sur le plan cognitif, dont 12 étaient connus pour avoir la variante APOE4. Ce groupe a été soumis à des stimuli thermiques de douleur induits expérimentalement, avec un contrôle de leurs seuils de douleur et de leurs sentiments de désagrément. Romano pense qu’il s’agit de la première étude explorant le lien entre la douleur et l’APOE4 chez des sujets sains.
Cette étude a révélé que les sujets présentant cette variante avaient une sensibilité à la douleur « significativement plus faible » que l’autre groupe, mais qu’ils ressentaient par un plus grand désagrément. Comme ces sujets étaient sains sur le plan cognitif, cela ouvre la perspective d’utiliser la perception de la douleur comme un moyen peu coûteux et non invasif de détecter la maladie d’Alzheimer avant l’apparition des premiers symptômes, ce qui est un objectif-clé pour les chercheurs dans ce domaine. Mais l’étude a porté sur un échantillon de petite taille et il faut d’abord répondre à de nombreuses questions.

Ils éprouvent la douleur différemment

« Dans cette étude exploratoire, le Dr Romano a démontré que les adultes en bonne santé possédant un gène spécifique pour le développement de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé éprouvent la douleur différemment, des personnes ne possédant pas ce marqueur génétique », explique l’auteur de cette étude, Todd Monroe.
« Ensuite, nous devons examiner les systèmes de douleur du cerveau pour déterminer pourquoi cela peut se produire. Si de futures études confirment ces résultats, ces conclusions pourraient éventuellement se traduire par un dépistage plus précoce chez les personnes à risque de développer la maladie d’Alzheimer, ce qui conduirait à davantage d’options de traitement ».
Cette recherche a été publiée dans Journal of Alzheimer’s Disease.
Source : IOS Press
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

La douleur peut révéler la maladie d'AlzheimermartinBiologie
Des chercheurs d'une étude, ont mené des recherches sur la manière dont la perception de la douleur peut varier chez les personnes susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer, et ont mis en évidence certaines différences utiles qui, espèrent-ils, pourraient un jour se traduire par un outil de diagnostic peu...