les-mammouths-ont-été-anéantis-par-deux-évènements
L’extinction des mammouths laineux a été causée par une combinaison de deux évènements; le changement climatique et la chasse humaine, selon une étude qui a simulé les processus qui ont conduit à leur disparition. Ces travaux suggèrent que les mammouths n’auraient pas disparu au même moment si l’homme n’avait pas été là.

Le changement climatique et la chasse humaine

« En l’absence d’humains, on s’attendrait à ce que les mammouths laineux aient persisté pendant 4000 ans de plus dans certaines régions », explique Damien Fordham, de l’université d’Adélaïde en Australie du Sud.
Ce modèle prédit également que les mammouths ont survécu plus longtemps qu’on ne le pense actuellement dans plusieurs endroits isolés du nord de l’Eurasie, ce qui laisse penser qu’il pourrait y avoir beaucoup plus de restes à découvrir. « Les gens devraient envoyer des expéditions pour trouver du matériel fossile », déclare M. Fordham.
Les mammouths laineux (Mammuthus primigenius) sont les dernières espèces de mammouths qui ont survécu. Ayant erré en Eurasie pendant plusieurs centaines de milliers d’années, leur habitat s’est progressivement rétréci jusqu’à ce que la dernière population soit confinée à l’île Wrangel dans l’océan Arctique, où ils ont disparu il y a environ 4000 ans.
La raison de l’extinction des mammouths est un mystère de longue date. Une idée est que les humains modernes les chassaient trop intensément, mais tout le monde n’accepte pas cette théorie. Le réchauffement du climat a joué un rôle-clé en réduisant leur habitat dans la toundra. Des arguments similaires font rage à propos de l’extinction d’autres grandes « mégafaune ».
« Vous trouverez des gens qui soutiennent catégoriquement que ce n’est que le climat ou seulement l’homme », déclare M. Fordham. Mais il affirme que le débat s’est déplacé vers une combinaison des deux. La question est de savoir comment cela s’est passé.

Comment cela s’est-il passé ?

Pour le savoir, l’équipe de M. Fordham a simulé l’histoire tardive de la population de mammouths laineux d’Eurasie – d’il y a 21 000 ans jusqu’à leur extinction. Ce modèle a pris en compte les changements climatiques, qui se réchauffaient après la partie la plus froide de la dernière période glaciaire, et qui ont affecté la végétation en forçant la toundra des mammouths à se retirer vers le nord. Il a également pris en compte les déplacements des hommes modernes vers l’Eurasie et la chasse aux mammouths.
L’équipe a effectué cette simulation plus de 90 000 fois avec une série de variables différentes, comme l’intensité de chasse humaine à différentes époques – pour trouver celle qui correspondait le mieux à l’enregistrement fossile connu des mammouths, et aux estimations de la taille changeante de leur population à partir de l’ADN ancien.
« On pensait généralement que, pour les mammouths, si l’homme avait un impact important, c’était vers la fin, une fois que leur aire de répartition s’était contractée », explique M. Fordham. L’idée était que le réchauffement du climat les forçait à se déplacer toujours plus au nord dans des zones plus petites de la toundra, dit-il, puis les humains ont porté le coup final lorsqu’ils ont atteint ces zones. « Nous avons pu montrer que les humains avaient joué un rôle beaucoup plus important dans cette voie vers l’extinction », explique M. Fordham.
Dans les simulations où les humains ne chassaient pas les mammouths, leur population est restée plus importante pendant plus longtemps. D’autre part, l’impact de la chasse humaine était plus sévère qu’il ne l’aurait été, car l’habitat des mammouths se rétrécissait et se fragmentait, de sorte que les populations locales étaient petites et vulnérables.
« Ce que j’ai trouvé de plus convaincant dans cette étude, c’est leur approche contrefactuelle, en essayant de modéliser si les humains ne s’étaient jamais présentés », explique Alexis Mychajliw du Middlebury College dans le Vermont. « Elle a adopté une approche très quantitative, et elle était très explicite sur les différentes sources d’incertitude ».

Faire plus de recherche

Les chercheurs ont également découvert qu’ils ne pouvaient simuler le moment et le lieu exacts de l’extinction que s’ils supposaient que des mammouths laineux s’abritaient à quelques endroits en Eurasie continentale : plusieurs dans le nord de la Sibérie et un dans le nord de la Finlande et de la Suède.
« Ces refuges se trouvent dans des endroits où l’on n’a pas fait beaucoup d’efforts pour essayer de trouver des fossiles », dit Fordham. « Nous espérons que nos recherches encourageront d’autres personnes sur le terrain à aller voir ces endroits, car nous pensons qu’ils pourraient être des sites de persistance à long terme. Il peut y avoir d’autres raisons de chercher dans ces endroits, dit Mychajliw. « Peut-être que ces zones sont vraiment spéciales pour d’autres espèces que nous n’avons pas encore examinées. »
Cette recherche a été pré-publiée dans bioRxiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les mammouths ont été anéantis par deux évènementsmartinPréhistoire
L'extinction des mammouths laineux a été causée par une combinaison de deux évènements; le changement climatique et la chasse humaine, selon une étude qui a simulé les processus qui ont conduit à leur disparition. Ces travaux suggèrent que les mammouths n'auraient pas disparu au même moment si l'homme n'avait...