traiter-la-polyarthrite-rhumatoïde-avec-des-micromoteurs
La polyarthrite rhumatoïde est un trouble inflammatoire chronique caractérisé par des douleurs, des gonflements et des lésions articulaires. Bien que des médicaments, tels que les stéroïdes, les anti-inflammatoires et les immunosuppresseurs, puissent aider à ralentir la destruction des articulations et à soulager la douleur, ils ont des effets secondaires et ne sont pas totalement efficaces.

Une nouvelle thérapie

Maintenant, des chercheurs ont mis au point des micromoteurs à base de magnésium, propulsés par des bulles d’hydrogène, qui améliorent les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde lorsqu’ils sont injectés dans les articulations des rats.
Les scientifiques ont établi un lien entre le développement de la polyarthrite rhumatoïde et la production excessive d’espèces réactives de l’oxygène (ROS). Les ROS peuvent oxyder et dégrader le cartilage et les os, ainsi qu’activer l’expression de cytokines inflammatoires.
Un nouveau type de thérapie, l’hydrogène gazeux, peut neutraliser les ROS et diminuer les niveaux de cytokines inflammatoires lorsqu’il est administré aux patients dans l’eau potable. Cependant, ce gaz est peu soluble dans les fluides corporels et est rapidement éliminé lorsqu’il est administré par voie orale, ce qui limite ses effets thérapeutiques. Fei Peng, Yingfeng Tu, Yingjia Li et leurs collègues voulaient trouver un moyen de produire et de transporter le gaz hydrogène directement à l’intérieur d’une articulation enflammée.
Les chercheurs ont basé leur système sur des micromoteurs à base de magnésium – des sphères en étain qui réagissent avec l’eau pour produire des bulles d’hydrogène, qui propulsent ces moteurs. Ils ont recouvert ces micromoteurs d’acide hyaluronique, un lubrifiant pour les articulations, laissant une petite ouverture pour que le magnésium réagisse avec l’eau.

De très bons résultats

Lorsqu’ils sont placés dans le fluide de l’articulation simulée, ces micromoteurs montrent une libération prolongée et soutenue des bulles d’hydrogène et peuvent se déplacer d’eux-mêmes. L’équipe a ensuite injecté ces micromoteurs dans les articulations de rats qui ont servi de modèle de polyarthrite rhumatoïde et ont utilisé des ultrasons pour les visualiser. Par rapport aux rats non injectés, les rats traités présentaient des pattes moins gonflées, une érosion osseuse réduite et des niveaux plus faibles de cytokines inflammatoires.
Bien que ces micromoteurs doivent encore être testés chez l’homme, ils présentent un grand potentiel pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et d’autres maladies inflammatoires, affirment les chercheurs
Cette recherche a été publiée dans Nano Letters.
Source : American Chemical Society
Crédit photo : StockPhotoSecrets