Alzheimer-les-ultrasons-activent-élimination-des-déchets
Parmi les nombreux processus qui jouent un rôle dans la maladie d’Alzheimer, on trouve le système glymphatique, qui permet d’éliminer les déchets chimiques du cerveau. Une nouvelle étude a démontré comment ce système récemment découvert, pourrait être mis en marche par ultrasons, cette technique s’avérant efficace pour stimuler son activité chez les patients dans le cadre des premiers essais sur l’homme.

Éliminer les déchets chimiques 

Dans cette nouvelle étude, menée à l’université de Virginie occidentale, les scientifiques approfondissent un peu plus les effets physiologiques de l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique. Les expériences ont impliqué trois volontaires atteints de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce, âgés de 61, 72 et 73 ans, qui ont reçu un traitement par ultrasons ciblant l’hippocampe, la région associée à la capacité d’apprentissage et de mémoire.
Des colorants améliorant le contraste ont été utilisés et observés par l’IRM pour suivre les changements qui en résultent dans le cerveau, ce qui a montré que le colorant se déplaçait dans ce que l’on appelle les veines drainantes.
« Ce schéma d’imagerie était inattendu et améliore notre compréhension de la physiologie du cerveau », explique Rashi Mehtam, qui a dirigé ces recherches. « Le système glymphatique, qui est un système de circulation des fluides et d’élimination des déchets unique au cerveau, a été étudié chez les animaux, mais la question de savoir si ce système existe vraiment chez l’homme est controversée. Ce modèle d’imagerie apporte des preuves non seulement que ce système existe probablement chez l’homme, mais aussi que les ultrasons focalisés peuvent moduler les mouvements des fluides et les réponses immunologiques le long de ce système ».

Ouvrir la barrière hémato-encéphalique 

Les scientifiques y voient la preuve que l’utilisation d’ultrasons ciblés pour ouvrir la barrière hémato-encéphalique peut induire une réponse immunologique de guérison autour des veines drainantes chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer au stade précoce. Cela nous permet également de mieux comprendre le système glymphatique et les différentes façons dont nous pouvons influencer son activité pour obtenir de meilleurs résultats en matière de santé, ce qui inclut la consommation d’alcool à faible niveau, un sommeil profond régulier ou même le fait de dormir sur le côté.
« Cette observation pourrait être un indice important pour comprendre le mécanisme physiologique par lequel la procédure d’ultrasons focalisée modifie les niveaux d’amyloïde du cerveau et pourrait être utilisée pour traiter les patients atteints de la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles cérébraux », explique Mehta.
Les essais étant en cours, les chercheurs continueront d’étudier cette idée en recrutant davantage de participants et en explorant l’efficacité et la sécurité à long terme de cette technique. Mais il ne fait aucun doute, qu’elle est prometteuse pour les 50 millions de personnes atteintes de démence, selon l’OMS.
Cette recherche a été publiée dans Radiology.
Source : West Virginia University
Crédit photo : StockPhotoSecrets