un-médicament-potentiel-contre-athérosclérose
Des chercheurs en glycomique de l’Université d’Alberta et du CHU Sainte-Justine, ont fait état d’une découverte qui pourrait conduire à de nouveaux traitements pour les maladies cardiovasculaires.

Prévenir l’athérosclérose

Les chercheurs ont identifié un nouveau mécanisme responsable de l’accumulation de plaques sur les parois des artères, un processus connu sous le nom d’athérosclérose. Cette plaque, composée de graisses, de cholestérol et d’autres substances, peut restreindre la circulation sanguine et constitue un facteur majeur dans les maladies cardiovasculaires.
« Nous avons identifié un nouveau mécanisme sous-jacent à l’athérosclérose », a expliqué Chris Cairo, professeur au département de chimie et coauteur principal de cette nouvelle étude. « Nous avons également démontré que ce problème peut être traité sur le plan pharmacologique. En utilisant des inhibiteurs développés dans notre laboratoire, nous avons découvert qu’il pourrait s’agir d’une nouvelle stratégie thérapeutique pour les maladies cardiovasculaires ».
Cette découverte a permis d’identifier des cibles médicamenteuses susceptibles d’arrêter l’accumulation de plaques – une percée qui pourrait faire toute la différence pour de nombreux Canadiens. Deuxième cause de décès au Canada, les maladies cardiovasculaires touchent 2,4 millions de personnes dans tout le pays, selon le gouvernement fédéral. Des nouveaux traitements plus efficaces sont nécessaires, a expliqué le Caire.

Cette maladie est souvent mortelle

« Les implications cliniques de cette étude comprennent la découverte d’une nouvelle voie impliquée dans le développement de l’athérosclérose – l’une des causes les plus importantes de la mortalité cardiovasculaire – et l’identification de nouvelles cibles potentiellement médicamenteuses qui peuvent prévenir l’athérosclérose indépendamment des niveaux de cholestérol », a déclaré le coauteur principal Alexey Pshezhetsky du CHU Sainte-Justine.
Les chercheurs ont examiné le rôle de la glycosylation des particules de lipides circulant dans le sang dans l’athérosclérose. Les lipoprotéines de basse densité (LDL), parfois appelées mauvais cholestérol, sont un complexe de lipides, de cholestérol et de glycoprotéines. Les chercheurs ont examiné les particules de LDL avant et après l’élimination d’un résidu de glycane spécifique, connu sous le nom d’acide sialique.
Les LDL dont l’acide sialique a été éliminé ont été davantage absorbées par les cellules que celles qui n’ont pas été modifiées. Les modèles animaux déficients en enzymes qui éliminent les acides sialiques ont moins de plaques athérosclérotiques, ce qui suggère que ces enzymes pourraient être de nouvelles cibles pour de futures thérapies.

Davantage de recherche préclinique

« Ce travail s’est appuyé sur plusieurs années de recherche fondamentale, et nous espérons qu’il débouchera sur des bénéfices pour le traitement clinique », a déclaré le Caire, qui a noté que cette étude a été réalisée sur des modèles animaux, et qu’elle nécessitera davantage de recherche préclinique avant d’être appliquée à des essais cliniques sur l’homme. Mais c’est assurément une avancée prometteuse.
Cette recherche a été publiée dans Journal of the American Heart Association.
Source : University of Alberta
Crédit photo : StockPhotoSecrets