de-la-viande-cultivée-en-laboratoire
Des chercheurs ont créé un petit échantillon de viande qui imite le vrai muscle, ce qui est essentiel pour créer de gros morceaux de viande avec une structure réaliste, plutôt que de simples morceaux de viande hachée.

Un échantillon de viande

De nombreux chercheurs travaillent au développement de la viande cultivée en laboratoire, en partie pour réduire l’impact environnemental de la production de viande, et en partie en raison de préoccupations éthiques concernant le traitement du bétail. Si certains substituts utilisent des matériaux d’origine végétale pour imiter la viande, d’autres visent à cultiver des cellules animales pour créer une véritable viande artificielle.
Jusqu’à présent, ce type de viande artificielle ne correspond pas à la structure de la vraie viande. Il lui manque les couches complexes de muscle, de graisse et de tendon. Le résultat est un hachis qui peut être utilisé pour faire des hamburgers. Maintenant, des chercheurs tentent de faire quelque chose qui imite un steak ou une côtelette.
Une équipe dirigée par Shoji Takeuchi, de l’université de Tokyo au Japon, a trouvé une nouvelle façon de cultiver des cellules musculaires de vache en laboratoire. Les cellules s’organisent en longs brins, ressemblant à de véritables fibres musculaires. « Nous avons mis au point un steak dont les fibres musculaires sont très alignées et disposées dans une direction », explique Takeuchi.

Les brins se sont contractés imitant les fibres musculaires

Lorsque les cellules cultivées ont été stimulées par l’électricité, les brins se sont contractés, imitant la façon dont les fibres musculaires se contractent. Cela laisse supposer que la texture sera similaire à celle du bœuf, ce qui, espérons-le, signifie que les gens seront plus enclins à le manger.
L’étape suivante consistera à faire pousser des morceaux plus gros. Les morceaux produits jusqu’à présent pèsent quelques grammes, et Takeuchi souhaite que cela atteigne 100 g. « Nous allons également introduire d’autres tissus tels que la graisse et les vaisseaux sanguins pour rendre la viande plus réaliste », dit-il.
Personne n’a encore essayé de manger cette nouvelle viande cultivée. « Nous sommes en train de consulter le comité d’éthique de l’université afin de manger et d’évaluer les produits », explique M. Takeuchi. Le laboratoire collabore avec Nissin Foods, une entreprise japonaise qui fabrique des rāmens instantanés, pour mettre cette viande cultivée sur le marché.
Cette recherche a été publiée dans Science of Food.
Source : New Scientist
Crédit photo : StockPhotoSecrets