des-naissances-prématurées-en-amazonie-brésilienne
Les conditions météorologiques extrêmes et les inondations aggravées par le changement climatique, ont des effets néfastes sur la santé des nouveau-nés dans la forêt amazonienne.

Plus de prématurés

Luke Parry, de l’université de Lancaster, au Royaume-Uni, et ses collègues ont comparé les niveaux de précipitations avec le poids à la naissance, et la durée de la grossesse de près de 300 000 nouveau-nés entre 2006 et 2017 en Amazonie brésilienne.
Ils ont constaté que les nouveau-nés des communautés riveraines étaient plus susceptibles de naître prématurément (avant 37 semaines) et d’avoir un poids insuffisant à la suite de phénomènes météorologiques extrêmes, comme les inondations et les sécheresses. L’insuffisance pondérale à la naissance et la prématurité sont associées à des résultats négatifs en matière d’éducation, de santé et de revenus tout au long de la vie et pour les générations suivantes.
Les nouveau-nés après des périodes de précipitations extrêmes étaient en moyenne 183 grammes plus légers que ceux nés à d’autres moments, l’écart passant à 646 grammes dans les groupes les plus défavorisés sur le plan socio-économique. Cette différence est plus importante que dans les précédentes études en examinant l’impact des conditions météorologiques extrêmes sur les nouveau-nés dans d’autres pays tels que l’Inde, le Mexique et le Vietnam. L’effet était présent même en contrôlant la durée de la grossesse – en d’autres termes, le poids inférieur à la naissance n’était pas uniquement dû à la prématurité.

Les aliments nutritifs sont moins accessibles

Les inondations en Amazonie à la suite des conditions météorologiques extrêmes signifient que les femmes enceintes ont moins accès à des aliments nutritifs en raison des mauvaises récoltes, et sont plus susceptibles de contracter des maladies infectieuses propagées par les moustiques, qui se développent dans des conditions humides. Ces deux facteurs sont susceptibles de contribuer à un faible poids à la naissance et à une naissance prématurée. L’anxiété et le stress consécutifs aux inondations peuvent également jouer un rôle, selon les chercheurs.
Les grandes inondations et les sécheresses en Amazonie ont augmenté en fréquence et en gravité, au cours des dernières décennies en raison du réchauffement climatique. Les inondations dans le bassin de l’Amazone sont environ cinq fois plus fréquentes aujourd’hui qu’il y a un siècle. Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, s’est rendu dans l’État d’Amazonas la semaine dernière, alors que les villes ont été une nouvelle fois submergées par les eaux, déplaçant plus de 100 000 personnes.

Un puissant message mondial

« Lorsque l’Amazonie et le changement climatique sont discutés dans la communauté scientifique ou dans les médias, c’est généralement en relation avec la façon dont les incendies contribuent aux émissions de carbone et autres choses de ce genre », explique M. Parry. « Je pense que montrer que le changement climatique affecte directement la santé et le bien-être des personnes vulnérables en Amazonie, est vraiment important en tant que message mondial ».
« Atténuer davantage le changement climatique est vraiment important mais aider les Amazoniens à s’adapter, en particulier les communautés riveraines, est essentiel », dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Nature Sustainability.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Des naissances prématurées en Amazonie brésiliennemartinChangement Climatique
Les conditions météorologiques extrêmes et les inondations aggravées par le changement climatique, ont des effets néfastes sur la santé des nouveau-nés dans la forêt amazonienne. Plus de prématurés Luke Parry, de l'université de Lancaster, au Royaume-Uni, et ses collègues ont comparé les niveaux de précipitations avec le poids à la naissance,...