un-cocktail-anticorps-monoclonaux-bloque-les-variantes-du-covid-19
Un « cocktail » d’anticorps monoclonaux développé au centre médical universitaire Vanderbilt (VUMC) pour neutraliser le COVID-19, est efficace contre toutes les souches connues, ou variantes, du nouveau virus. C’est l’une des conclusions rapportées par une équipe multi-institutionnelle dirigée par des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Washington à St.

Un puissant « cocktail » d’anticorps monoclonaux

Dans le cadre d’études de culture cellulaire, les chercheurs ont déterminé la capacité des anticorps monoclonaux ainsi que des anticorps isolés du « plasma de convalescence » de personnes précédemment infectées à neutraliser des variantes hautement transmissibles du virus SARS-CoV-2 apparues au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil et ailleurs.
En général, la plupart des anticorps monoclonaux qui ont été développés pour combattre le COVID-19 ont montré un « pouvoir neutralisant diminué », en particulier contre les souches du virus portant une mutation spécifique en position 484 dans la protéine « S » de surface, qui permet au virus de s’attacher à sa cellule hôte dans l’organisme et d’y pénétrer.
Cependant, plusieurs autres cocktails d’anticorps monoclonaux hautement neutralisants, y compris ceux développés au VUMC, ont montré une activité intacte ou seulement légèrement diminuée contre ces variantes, peut-être parce qu’ils ciblent des sites sur la protéine S, autres que le résidu E484K hautement mutable.
Cette étude a indiqué une neutralisation sensiblement réduite des variantes de virus contenant cette mutation E484K par des anticorps dans les sérums de personnes déjà infectées et de personnes vaccinées contre le COVID-19, ce qui souligne encore la nécessité de traitements résistant aux variantes comme le cocktail d’anticorps du VUMC.

Des cocktails d’anticorps conçus de manière rationnelle

« Cette étude souligne l’importance de cocktails d’anticorps conçus de manière rationnelle comme ceux que nous avons développés », a déclaré James Crowe, Jr, MD, directeur du Vanderbilt Vaccine Center (VVC) et professeur Ann Scott Carell dans les départements de pédiatrie et de pathologie, de microbiologie et d’immunologie de Vanderbilt.
« Nous avons choisi deux anticorps pour créer un mélange qui résisterait spécifiquement à la propagation du SARS-CoV-2 », a déclaré M. Crowe. « Heureusement, ces travaux et plusieurs autres études récemment publiées montrent que la protection assurée par les anticorps que nous avons découverts et qui font maintenant l’objet de six essais cliniques de phase 3 différents, devrait s’étendre à toutes les variantes actuelles qui suscitent des inquiétudes ».
Robert Carnahan, directeur associé de VVC et professeur associé de pédiatrie, a ajouté : « ces découvertes selon lesquelles les anticorps que nous développons inhibent bien les nouvelles variantes du SARS-CoV-2 sont rendues encore plus importantes par le fait que certains traitements à base d’anticorps monoclonaux approuvés précédemment, semblent très peu susceptibles de protéger contre ces variantes.

Un nouvel outil pour contrôler la pandémie

« L’utilisation de nos cocktails d’anticorps qui résistent aux variantes fournira probablement un nouvel outil important pour contrôler la pandémie de COVID-19 », a déclaré M. Carnahan.
Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.
Source : Vanderbilt University Medical Center
Crédit photo : Pexels