le-covid-19-a-affecté-le-bien-être-des-gens-sur-la-planète
Selon une étude internationale, les gens du monde entier ont signalé des changements dans leur niveau d’activité physique, leur bien-être et leurs habitudes alimentaires, au cours des premières phases de la pandémie de COVID-19.

Les gens et la pandémie de COVID-19

Une diminution de l’activité physique pendant la pandémie a été associée à une santé physique et mentale perçue comme moins bonne. Une diminution de l’exercice physique a également été associée à la perception d’une prise de poids et d’une diminution du sommeil.
Plus d’un millier de personnes de plusieurs pays ayant adopté différentes mesures de confinement ont participé à une enquête en ligne, qui a permis d’étudier les changements en matière d’activité physique, d’alimentation, de sommeil, de santé physique et mentale et de bien-être pendant les premières phases de confinement de la pandémie COVID-19.
Les comparaisons entre les pays ont révélé des différences significatives en matière de santé physique, les participants finlandais faisant état de valeurs plus élevées et les participants résidant au Royaume-Uni indiquant une santé moins bonne. L’activité physique des participants était très variable. Certaines personnes ont signalé une forte augmentation de l’activité physique, tandis que d’autres ont signalé une forte diminution.
« L’augmentation de l’activité physique a été associée à une meilleure santé physique, ainsi qu’à une augmentation du bien-être et du sommeil », explique Montse Ruiz, professeur à ‘université de Jyväskylä, en Finlande. « En revanche, la réduction de l’activité physique était liée à une santé mentale plus faible, représentée par un plus grand nombre de problèmes personnels et émotionnels, et une augmentation significative de l’alimentation et du poids ».

Des différences selon les pays

Les participants vivant dans les pays d’Amérique latine se percevaient comme ayant une moins bonne santé mentale, par rapport aux Coréens du Sud qui indiquaient être nettement moins affectés par des problèmes personnels ou émotionnels. Les participants philippins ont déclaré des scores plus élevés en matière de sommeil et d’alimentation par rapport aux autres pays.
« Nos résultats indiquent que, quel que soit le pays de résidence ou de l’âge, les participants ayant déclaré une activité physique réduite ont généralement connu une santé physique et mentale moins bonne ainsi qu’une diminution de leur bien-être », déclare M. Ruiz. « La réduction de l’activité physique était également associée à la perception d’une prise de poids et d’une diminution du sommeil ».
Pour minimiser la propagation du virus du SARS-CoV-2, une série de mesures de confinement, y compris la restriction des mouvements des personnes, ont été mises en œuvre dans plusieurs pays. En conséquence, des changements dans les comportements des gens ont été observés, comme les cas bien documentés d’achat et de stockage d’articles ménagers dans la panique.

Intégrer l’activité physique peut aider

« Alors que les mesures de confinement liées au COVID-19 se poursuivent, nos conclusions soulignent l’importance de l’exercice physique pour le maintien d’une bonne santé physique et mentale », déclare M. Ruiz. « Nous encourageons donc les individus à trouver des moyens d’intégrer l’activité physique dans leur journée lorsque cela est possible ».
Cette recherche a été publiée dans Frontiers in Psychology.
Source : University of Jyväskylä
Crédit photo : Pexels

Le COVID-19 a affecté le bien-être des gens sur la planètemartinSociété
Selon une étude internationale, les gens du monde entier ont signalé des changements dans leur niveau d'activité physique, leur bien-être et leurs habitudes alimentaires, au cours des premières phases de la pandémie de COVID-19. Les gens et la pandémie de COVID-19 Une diminution de l'activité physique pendant la pandémie a été...