utilise-le-vaccin-de-la-rougeole-contre-le-SARS-CoV-2
Un nouveau vaccin candidat contre le SRAS-CoV-2, mis au point en faisant pénétrer dans l’organisme le gène d’une protéine-clé contenue dans le vaccin contre la rougeole, s’est avéré capable de produire une forte réponse immunitaire, et de prévenir l’infection par le SARS-CoV-2 et les maladies pulmonaires dans plusieurs études sur l’animal.

Un nouveau vaccin candidat

Les scientifiques attribuent l’efficacité de ce vaccin candidat à la production stratégique de l’antigène pour stimuler l’immunité : l’utilisation d’un fragment spécifique du gène de la protéine S du coronavirus, et son insertion dans un point sensible du génome du vaccin contre la rougeole pour stimuler l’activation, ou l’expression, du gène qui fabrique cette protéine.
Même si plusieurs vaccins sont déjà sur le marché, les chercheurs affirment que ce candidat présente des avantages qui méritent d’être explorés, notamment en raison de la sécurité, de la durabilité et du profil d’efficacité élevé du vaccin contre la rougeole.
« Le vaccin contre la rougeole est utilisé chez les enfants depuis les années 1960 et son innocuité pour les enfants et les adultes n’est plus à démontrer », a déclaré Jianrong Li, auteur principal de cette étude et professeur de virologie.
« Nous savons également que le vaccin contre la rougeole peut produire une protection à long terme. Nous espérons qu’avec l’antigène qu’il contient, il pourra assurer une protection à long terme contre le SARS-CoV-2. Ce serait un gros avantage, car maintenant, nous ne savons pas combien de temps la protection durera avec n’importe quelle plateforme vaccinale. »
La Fondation pour l’innovation de l’État de l’Ohio a accordé une licence exclusive pour cette technologie à Biological E. Limited, une société pharmaceutique et de vaccins basée à Hyderabad, en Inde.

Des niveaux élevés d’anticorps neutralisants 

Le COVID-19 utilise la protéine S à sa surface pour se lier à ses cellules cibles dans le nez et les poumons, où il fabrique des copies de lui-même et les libère pour infecter d’autres cellules. Comme tous les vaccins, celui-ci déclenche la production d’anticorps qui reconnaissent cette nouvelle protéine comme étrangère, entraînant le système immunitaire à attaquer et à neutraliser la protéine S si le SARS-CoV-2 pénètre un jour dans l’organisme.
Li a créé ce vaccin en utilisant un virus de la rougeole atténué comme véhicule avec ses collègues Mijia Lu, chercheur postdoctoral dans le laboratoire de Li et premier auteur de l’article, et les coauteurs Stefan Niewiesk, professeur de biosciences vétérinaires à l’Ohio State, et Mark Peeples, professeur de pédiatrie à l’Ohio State et chercheur au Nationwide Children’s Hospital à Columbus.
Pour ce travail, les chercheurs ont testé sept versions de la protéine S afin de trouver l’antigène le plus efficace. Ils ont choisi une version stabilisée de cette protéine, dite de « préfusion », c’est-à-dire la forme que prend cette protéine avant d’infecter une cellule.
Les scientifiques ont inséré le gène de la protéine de préfusion contenant les instructions de fabrication dans un segment du génome du vaccin contre la rougeole, afin de générer une forte expression de cette protéine, en partant du principe que plus la protéine de préfusion du SARS-CoV-2 est produite, meilleure est la réponse immunitaire.
L’équipe a testé ce vaccin candidat sur plusieurs modèles animaux afin d’en évaluer l’efficacité, et a constaté que ce vaccin induisait des niveaux élevés d’anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2 chez tous les animaux.
Certains pourraient penser que l’immunité de la plupart des humains contre la rougeole, grâce à des décennies de vaccination généralisée, rendrait inutile son statut de véhicule vaccinal contre les coronavirus. Pour dissiper ces craintes, les chercheurs ont administré à des rats un vaccin contre la rougeole et ont montré qu’une seconde immunisation avec ce vaccin candidat contre le SARS-CoV-2 à base de rougeole, pouvait induire une forte réponse d’anticorps neutralisante contre le coronavirus.

Ce vaccin a permis de produire des lymphocytes T

Des souris génétiquement modifiées ont produit des lymphocytes T auxiliaires – un type de globules blancs – en réponse à ce vaccin, ce qui constitue un autre moyen important pour l’organisme de combattre les infections, et les maladies graves en particulier. « L’orientation des cellules T auxiliaires induites par ce vaccin est un indicateur important de la protection, et ce vaccin induit principalement des cellules Th1, ce qui renforce la sécurité et l’efficacité de ce vaccin », a déclaré le coauteur Amit Kapoor, professeur associé de pédiatrie.
Des hamsters qui sont susceptibles de contracter le COVID-19, ont reçu ce vaccin puis le coronavirus a été injecté. Les hamsters vaccinés ont été protégés contre une infection pulmonaire et d’autres symptômes de cette maladie, indiqués par une perte de poids.
« Lorsque nous avons examiné la quantité d’anticorps neutralisants induite chez le hamster, elle était en fait plus élevée que chez les personnes ayant été infectées par le COVID-19, ce qui suggère que ce vaccin pourrait être plus efficace que l’infection par le SARS-CoV-2 pour induire une immunité protectrice. C’était notre objectif », a déclaré M. Peeples.

Il serait sûr efficace et abordable à produire

Les chercheurs ont confiance dans la plate-forme non seulement parce que le vaccin contre la rougeole est sûr, efficace et abordable à produire, mais aussi parce que plusieurs vaccins expérimentaux à base de rougeole contre d’autres virus sont en cours de développement. Un vaccin contre le virus du chikungunya, propagé par les moustiques, s’est révélé sûr, bien toléré et capable de provoquer une réponse immunitaire dans un essai clinique de phase 2.
Même si divers vaccins contre le COVID-19 sont maintenant disponibles aux États-Unis et dans d’autres pays, il reste encore beaucoup à apprendre sur les vaccins les plus sûrs et les plus efficaces pour des populations spécifiques, comme les enfants et les femmes enceintes, et sur les vaccins les plus économiques à produire.
« Nous pouvons fabriquer des vaccins beaucoup plus rapidement maintenant que par le passé. Mais si nous devions le faire de manière traditionnelle cette fois, nous n’aurions pas de vaccin nous protégeant en si peu de temps », a déclaré M. Niewiesk. « Les vaccins à ARNm utilisés maintenant ont été fabriqués en un temps record. Ils protègent contre le COVID-19 et sont sûrs. Même si ce n’est pas aussi rapide, nous avons pu fabriquer ce vaccin beaucoup plus rapidement que le vaccin original contre la rougeole.

Un vaccin alternatif

« Nous ne savons pas encore combien de temps les vaccins à ARNm protégeront et combien ils coûteront. En attendant, un vaccin alternatif qui devrait protéger pendant longtemps, qui est facile à fabriquer et bon marché semble être une bonne idée. »
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : The Ohio State University
Crédit photo : Pexels

Utiliser le vaccin de la rougeole contre le SARS-CoV-2martinbiothechnologie
Un nouveau vaccin candidat contre le SRAS-CoV-2, mis au point en faisant pénétrer dans l'organisme le gène d'une protéine-clé contenue dans le vaccin contre la rougeole, s'est avéré capable de produire une forte réponse immunitaire, et de prévenir l'infection par le SARS-CoV-2 et les maladies pulmonaires dans plusieurs études...