le-jus-de-grenade-prévient-les-lésions-cérébrales-des-bébés
Le retard de croissance intra-utérin (RCIU) est fréquent et préoccupant, mais il existe peu d’options thérapeutiques pour les femmes enceintes qui reçoivent ce diagnostic. Le RCIU est une condition dans laquelle un bébé dans l’utérus est petit pour son âge gestationnel, souvent en raison de problèmes avec le placenta, ce qui entraîne un transfert compromis ou insuffisant d’oxygène et de nutriments au fœtus en croissance.

Du jus de grenade

Le cerveau du fœtus en développement est particulièrement vulnérable à ces effets. Un bébé sur dix est diagnostiqué comme souffrant de RCIU, et les nourrissons qui en sont atteints courent un risque accru de décès et de troubles du développement neurologique.
Des recherches récentes sur le jus de grenade riche en polyphénols ont suggéré qu’il pourrait contribuer à protéger le cerveau des lésions. Dans le cadre d’un essai clinique exploratoire, randomisé et contrôlé, soutenu par un financement philanthropique et un don de POM Wonderful, le plus grand cultivateur et producteur de grenades fraîches et de jus de grenade aux États-Unis, des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital ont recruté des mères enceintes dont le nourrisson était atteint de RCIU.
L’équipe a trouvé des preuves que la consommation quotidienne de jus de grenade peut réduire le risque de lésions cérébrales chez les nourrissons atteints de RCIU, en particulier au cours du troisième trimestre, lorsque le cerveau du nourrisson peut être particulièrement vulnérable.

Les polyphénols seraient neuroprotecteurs

« Il existe des facteurs alimentaires qui peuvent influencer la neuroprotection, en particulier dans des contextes à haut risque comme pendant le travail et l’accouchement », a déclaré le coauteur Terrie Inder, président du département de médecine pédiatrique. « Nous avons été intrigués par les résultats de cette  recherche préclinique suggérant que les polyphénols, que l’on trouve à des concentrations élevées dans le jus de grenade, pourraient être hautement protecteurs. Notre essai clinique fournit les preuves les plus prometteuses à ce jour, que les polyphénols peuvent offrir une protection contre le risque de lésion cérébrale chez les nourrissons atteints de RCIU. »
« Bien qu’ils soient exploratoires, nos résultats sont prometteurs et suggèrent que le fait de pouvoir intervenir avant la naissance pourrait contribuer à protéger le cerveau du nouveau-né des effets dévastateurs des lésions cérébrales », a déclaré l’auteur correspondant, Lillian G. Matthews, neuroscientifique.
Les polyphénols font partie d’une classe d’antioxydants que l’on trouve dans certains aliments et boissons, notamment les amandes, les baies, le vin rouge et le thé. Le jus de grenade est une source particulièrement riche de ces molécules. Les polyphénols sont connus pour traverser la barrière hémato-encéphalique, et des études sur des modèles animaux ont démontré des effets protecteurs contre les maladies neurodégénératives.

Un essai clinique

Pour leur essai clinique, Inder et ses collègues ont recruté 99 mères enceintes au Brigham. Les participantes ont été réparties de manière aléatoire pour consommer soit 8 onces de jus de grenade, soit une boisson sans polyphénol dont la couleur, le goût et le nombre de calories étaient identiques. Les participants ont bu ce jus quotidiennement depuis leur inscription jusqu’à l’accouchement.
L’équipe a effectué des mesures d’IRM fœtale sur environ la moitié des participantes avant que les mères ne commencent le régime de jus et n’a trouvé aucun signe de lésion cérébrale fœtale à ce moment-là. Après l’accouchement, les mesures IRM néonatales ont montré que les nourrissons dont les mères avaient consommé du jus de grenade, étaient moins susceptibles de présenter des lésions cérébrales que ceux qui avaient été randomisés dans le groupe placebo. Les nourrissons présentaient un risque plus faible de lésions de la substance grise corticale et de la substance blanche. L’équipe n’a également trouvé aucune preuve de constriction des canaux, un problème de sécurité potentiel.

Des essais contrôlés de plus grande envergu

Compte tenu de la nature exploratoire de cette étude et de sa taille limitée, les auteurs préviennent que des essais contrôlés de plus grande envergure sont nécessaires. L’équipe prévoit également de continuer à étudier les nourrissons inscrits à leur étude au cours des deux ou trois prochaines années afin d’évaluer ces résultats en matière de développement neurologique.
« Nos études de suivi neurodéveloppemental sont en cours, et nous encourageons les autres chercheurs qui étudient les populations de nourrissons à haut risque à envisager l’influence des polyphénols pour la neuroprotection », a déclaré Inder. « Je rêve qu’un jour nous puissions offrir aux femmes un moyen de protéger le cerveau de leur enfant contre des lésions potentielles. En attendant, nous continuerons à suivre les participants afin de mieux comprendre les implications cliniques potentielles du jus de grenade. »
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : Brigham and Women’s Hospital
Crédit photo : StockPhotoSecrets