une-thérapie-combinée-contre-la-grppe-mortelle

Une proportion importante des patients hospitalisés pour la grippe développent des complications du syndrome de détresse respiratoire aiguë, dues aux effets cytopathiques induits par le virus ainsi qu’à une réponse immunitaire exagérée de l’hôte. Dans un article des chercheurs ont découvert que le traitement par un bloqueur de récepteurs immunitaires associé à un agent antiviral améliore nettement la survie des souris infectées par la grippe mortelle et réduit la pathologie pulmonaire chez les porcelets infectés par la grippe porcine.

Une thérapie combinée

Les chercheurs ont précédemment découvert qu’un afflux excessif de neutrophiles, des cellules immunitaires combattant les infections, et les réseaux qu’ils créent pour tuer les agents pathogènes, connus sous le nom de pièges extracellulaires des neutrophiles (NETs), contribuent aux lésions pulmonaires aiguës lors d’une infection par la grippe. La formation des pièges extracellulaires par les neutrophiles activés, s’effectue par un mécanisme de mort cellulaire appelé NETosis et les pièges extracellulaires neutrophiles libérés contiennent des fibres de chromatine qui abritent des composants toxiques.

Un modèle de souris, couramment utilisé pour explorer la physiopathologie de la grippe et les thérapies médicamenteuses, a été utilisé dans cette étude. Les souris n’étant pas des hôtes naturels de la grippe, une validation supplémentaire sur des animaux plus grands est nécessaire avant de procéder à des essais sur l’homme. C’est pourquoi les chercheurs ont également testé des porcelets infectés par le virus de la grippe porcine. Les animaux ont été traités avec une combinaison d’un antagoniste du CXCR2, le SCH527123, et d’un agent antiviral, l’oseltamivir.

L’association du SCH527123 et de l’oseltamivir a considérablement amélioré la survie des souris par rapport à l’un ou l’autre des médicaments administrés seuls. La thérapie combinée a également réduit la pathologie pulmonaire chez les porcelets.

L’antagonisme de CXCR2 atténue la pathologie pulmonaire

« Cette thérapie combinée réduit l’inflammation pulmonaire, l’alvéolite et la pathologie vasculaire, ce qui indique que l’activation et la libération aberrantes des neutrophiles dans les NETs exacerbent la pathologie pulmonaire dans la grippe sévère », explique le chercheur principal Narasaraju Teluguakula. « Ces résultats confirment la preuve que l’antagonisme de CXCR2 peut atténuer la pathologie pulmonaire et peut avoir des effets synergiques importants avec le traitement antiviral pour réduire la morbidité et la mortalité associées à la grippe. »

Le Dr Teluguakula souligne que ces résultats fournissent les premières preuves à l’appui de la stratégie consistant à tester la thérapie combinée dans un modèle de grippe chez le gros animal. « Compte tenu des similitudes étroites en matière de pathologie pulmonaire et de réponses immunitaires entre le porc et l’homme, peuvent servir de plateforme commune pour comprendre la physiopathologie et les traitements médicamenteux dirigés vers l’hôte dans les infections grippales humaines, et peuvent être utiles pour faire progresser l’impact translationnel des études de traitement médicamenteux dans les infections grippales humaines. »

Cette recherche a été publié dans The American Journal of Pathology.

Source : Elsevier
Crédit photo : StockPhotoSecrets