faire-une-micro-oause-aide-contre-la-fatigue
Une étude récente montre que les gens sont plus susceptibles de faire des « micro-pauses » au travail les jours où ils sont fatigués – mais ce n’est pas une mauvaise chose. Les chercheurs ont constaté que les micro-pauses semblent aider les employés fatigués à se remettre de leur fatigue matinale et à mieux s’engager dans leur travail au cours de la journée.

Les micro-pauses des employés

Les micro-pauses sont de courtes pauses volontaires et impromptues dans la journée de travail. Les micro-pauses comprennent des activités discrétionnaires telles que prendre une collation, discuter avec un collègue, s’étirer ou travailler sur une grille de mots croisés.
« Une micro-pause est, par définition, courte », explique Sophia Cho, coauteur d’un article sur ces travaux. « Mais une pause de cinq minutes peut être dorée si vous la prenez au bon moment. Notre étude montre qu’il est dans l’intérêt d’une entreprise de donner aux employés une autonomie en matière de prise de micro-pauses lorsqu’elles sont nécessaires – cela aide les employés à gérer efficacement leur énergie et à s’engager dans leur travail tout au long de la journée. »

Deux études sur les micro-pauses

Cette nouvelle recherche est basée sur deux études qui ont exploré les questions liées aux micro-pauses dans la journée de travail. Plus précisément, ces études visaient à améliorer notre compréhension de la façon dont les gens augmentent ou maintiennent leur niveau d’énergie tout au long de la journée, afin de s’engager dans leur travail même s’ils commencent la journée déjà épuisés. Ces études ont également examiné quels facteurs pouvaient jouer un rôle dans la décision de faire des micro-pauses ou ce qu’ils faisaient pendant ces micro-pauses.
La première étude a porté sur 98 travailleurs aux États-Unis. Les participants ont été invités à remplir deux questionnaires par jour pendant 10 jours de travail consécutifs. Les enquêtes ont été remplies le matin et à la fin de la journée de travail. La deuxième étude a porté sur 222 travailleurs en Corée du Sud. Dans le cadre de cette étude, les participants devaient remplir trois enquêtes par jour pendant cinq jours de travail. Les participants ont répondu aux enquêtes le matin, après le déjeuner et à la fin de la journée de travail.
Les questions posées dans ces deux études visaient à recueillir des données sur la qualité du sommeil des participants, leur niveau de fatigue, ainsi que leur engagement dans leur travail, et leurs expériences sur le lieu de travail ce jour-là. Dans ces études, les chercheurs ont analysé les données de l’enquête à l’aide d’outils statistiques afin d’examiner les fluctuations quotidiennes de la qualité du sommeil, de la fatigue, du comportement au travail et de l’engagement dans divers types de micro-pauses.

Les micro-pauses aident à maintenir le niveau d’énergie

Les résultats ont été clairs : les jours où les personnes étaient déjà fatiguées en arrivant au travail, elles avaient tendance à faire des micro-pauses plus fréquemment. Et ces micro-pauses les aidaient à maintenir leur niveau d’énergie. Cela les a aidés à répondre aux exigences du travail et à mieux s’engager dans leur travail. « En fait, les micro-pauses vous aident à gérer vos ressources énergétiques au cours de la journée, ce qui est particulièrement bénéfique les jours où vous êtes fatigué », explique Mme Cho.
En outre, les chercheurs ont constaté que les gens étaient plus susceptibles de faire des micro-pauses, s’ils avaient le sentiment que leur employeur se souciait de la santé et du bien-être de ses travailleurs. « Lorsque les gens pensent que leur employeur se préoccupe de leur santé, ils se sentent plus à même de prendre librement des décisions sur le moment et le type de micro-pause à prendre », explique Cho. « Et cela est finalement bon pour l’employeur et l’employé ».
Cette recherche a été publiée dans Journal of Applied Psychology.
Source : NC State
Crédit photo : Pexels