le-sucre-ajouté-double-la-production-de-graisses
Nous savons que trop de sucre est mauvais pour la santé, mais ce n’est pas seulement à cause de ses nombreuses calories. Des chercheurs de l’Université de Zurich ont démontré que même des quantités modérées de fructose et de saccharose ajoutés, doublent la production de graisse dans le foie. À long terme, cela contribue au développement du diabète ou d’un foie gras.
Le sucre est ajouté à de nombreux aliments courants et les Suisses en consomment plus de 100 grammes par jour. La forte teneur en calories du sucre est à l’origine du surpoids et de l’obésité, ainsi que des maladies qui y sont associées. Mais l’excès de sucre a-t-il d’autres effets néfastes s’il est consommé régulièrement ? Et si oui, quels sucres en particulier ?

Des quantités modérées de sucre sont néfastes

Des chercheurs de l’Université de Zurich (UZH) et de l’Hôpital universitaire de Zurich (USZ) se sont penchés sur ces questions. Par rapport aux études précédentes, qui portaient principalement sur la consommation de très grandes quantités de sucre, leurs résultats montrent que même des quantités modérées entraînent une modification du métabolisme des participants aux tests.
« Quatre-vingts grammes de sucre par jour, soit l’équivalent d’environ 0,8 litre d’une boisson gazeuse normale, stimulent la production de graisse dans le foie. Et cette production excessive de graisses se poursuit pendant une période plus longue, même si l’on ne consomme plus de sucre », explique le chef de cette étude, Philipp Gerber, du département d’endocrinologie, de diabétologie et de nutrition clinique.
Quatre-vingt-quatorze jeunes hommes en bonne santé ont participé à cette étude. Chaque jour, pendant sept semaines, ils ont consommé une boisson sucrée avec différents types de sucre, tandis que le groupe témoin n’en a pas consommé. Les boissons contenaient soit du fructose, du glucose ou du saccharose. Les chercheurs ont ensuite utilisé des traceurs (des substances qui peuvent être suivies lorsqu’elles se déplacent dans l’organisme) pour analyser l’effet des boissons sucrées sur le métabolisme des lipides.

Le fructose et le saccharose doublent la production de graisses

Globalement, les participants n’ont pas consommé plus de calories qu’avant cette étude, car la boisson sucrée a augmenté la satiété et ils ont donc réduit leur apport calorique provenant d’autres sources. Néanmoins, les chercheurs ont observé que le fructose avait un effet négatif : « la production de graisses par l’organisme dans le foie était deux fois plus élevée dans le groupe fructose que dans le groupe glucose ou le groupe témoin – et c’était encore le cas plus de douze heures après le dernier repas ou la dernière consommation de sucre », explique Gerber. Il est particulièrement surprenant que le sucre que nous consommons le plus souvent, le saccharose, stimule la synthèse des graisses un peu plus que la même quantité de fructose. Jusqu’à présent, on pensait que le fructose était le plus susceptible de provoquer de tels changements.

Le développement de la stéatose hépatique ou du diabète

L’augmentation de la production de graisses dans le foie est une première étape importante dans le développement de maladies telles que la stéatose hépatique et le diabète de type 2. D’un point de vue sanitaire, l’Organisation mondiale de la santé recommande de limiter la consommation quotidienne de sucre à environ 50 grammes ou, mieux encore, à 25 grammes. « Mais nous sommes loin de cette limite en Suisse », déclare Philipp Gerber. « Nos résultats constituent une étape essentielle dans la recherche des effets néfastes des sucres ajoutés et seront très significatifs pour les futures recommandations diététiques. »
Cette recherche a été publiée dans Journal of Hepatology.
Source : University of Zurich
Crédit photo : Pixabay