plusieurs-facteurs--ont-un-impact-sur-le-fœtus
On sait depuis longtemps que l’âge avancé au moment de la conception et la consommation d’alcool pendant la grossesse, ont un impact sur le développement du fœtus. Maintenant, un nouveau rapport suggère que l’âge avancé et la consommation d’alcool dans l’année précédant la conception, peuvent également avoir un impact en modifiant épigénétiquement un gène spécifique pendant le développement des ovules humains, ou ovocytes.

Un impact épigénétique sur un gène

Bien que cette étude n’ait pas déterminé les effets physiques ultimes de ce changement, elle fournit des informations importantes sur la relation complexe entre les expositions environnementales, la régulation génétique et le développement humain.
« Bien que l’issue du changement ne soit pas claire, nos résultats nous donnent un aperçu précieux de la façon dont les facteurs environnementaux, affectent la régulation des gènes par le biais de l’épigénétique et de la conception », a déclaré Peter A. Jones, responsable scientifique en chef du Van Andel Institute et auteur principal de cette étude. « Une meilleure compréhension de ces processus complexes nous permet de mieux comprendre la santé et la maladie et un jour elle pourrait être à la base de nouvelles mesures de prévention des maladies. »
Cette étude porte sur un gène appelé nc886, qui est l’un des quelque 100 gènes « imprimés » qui passent de la mère au fœtus. Les gènes imprimés conservent d’importantes étiquettes chimiques appliquées par la mère ou le père avant la conception. Il en résulte une « mémoire épigénétique » par laquelle des informations non génétiques, comme l’âge de la mère, peuvent passer directement du parent à la progéniture. À ce jour, le gène nc886 est le seul gène imprimé connu qui présente une variation de la probabilité d’empreinte en fonction des facteurs maternels.

Une empreinte plus importante chez les mères plus âgées

En utilisant les données de 1 100 paires mère-enfant d’Afrique du Sud, Jones et ses collègues ont constaté que l’empreinte de nc886 était plus importante chez les mères plus âgées, mais moins importante chez les mères qui avaient bu de l’alcool l’année précédant la conception. L’équipe a également recherché le tabagisme, mais n’a trouvé aucun impact sur l’imprégnation du gène nc886.
Une étude de 2018 publiée par Jones et ses collaborateurs a démontré que le défaut d’imprégnation du gène nc886 était associé à une masse corporelle plus élevée chez les enfants à l’âge de cinq ans. Des recherches menées par d’autres groupes ont également établi un lien entre le défaut d’imprégnation de nc886 et une survie accrue chez les personnes atteintes de leucémie myéloïde aiguë, un type agressif de cancer du sang. Plus récemment, un groupe de Taiwan a découvert que l’absence d’empreinte sur le gène nc886 pouvait réduire la réponse à un médicament antidiabétique.
Ces résultats signifient que l’exposition environnementale avant la conception sur le développement du fœtus, a un plus grand impact que ce que l’on croyait, et que les couples qui désirent avoir un enfant devraient tenir compte de ces expositions environnementales pour le bien-être de leur progéniture.
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : Van Andel Research Institute
Crédit photo : StockPhotoSecrets