œstrogène-polymérisé-répare-la-moelle-épinière
Une nouvelle forme d’œstrogène polymérisé mise au point au Rensselaer Polytechnic Institute, peut fournir une neuroprotection lorsqu’elle est implantée sur le site d’une lésion de la moelle épinière, empêchant ainsi d’autres dommages. Ce résultat prometteur, découvert dans un modèle préclinique jette les bases d’un développement plus poussé de ce nouveau biomatériau.

Un biomatériau

« Ce que nous avons vu qui nous donne de l’espoir, c’est une plus grande neuroprotection, c’est-à-dire que nous avons vu plus de neurones épargnés et plus d’axones épargnés dans les tissus », a déclaré Ryan Gilbert, professeur d’ingénierie biomédicale et coauteur d’un article. « Nous pensons que l’œstrogène libéré par la conception de notre biomatériau apporte une réponse neuroprotectrice. »
Après une lésion de la moelle épinière, la réponse inflammatoire de l’organisme peut causer des dommages supplémentaires aux cellules du système nerveux – comme une perte de neurones et d’axones – même au-delà du site de la lésion initiale. Une solution qui pourrait prévenir une détérioration supplémentaire, et même favoriser la régénération au fil du temps, pourrait constituer un changement de paradigme dans ce type de traitement. L’œstrogène est une hormone naturelle produite par l’organisme. Lorsqu’il est polymérisé, il est prometteur comme source de neuroprotection après une lésion de la moelle épinière.
Gilbert, membre du Centre de biotechnologie et d’études interdisciplinaires de Rensselaer, a collaboré avec Edmund Palermo, professeur associé de science et d’ingénierie des matériaux à Rensselaer, pour concevoir ce polymère. L’aspect préclinique a été initié par Manoj Gottipati, un associé de recherche de Rensselaer, qui travaille actuellement dans le laboratoire de Phillip Popovich, professeur et président du département de neuroscience de l’université d’État de l’Ohio.

Une meilleure neuroprotection

Les chercheurs ont observé une meilleure neuroprotection dans un modèle préclinique de souris ayant reçu l’œstrogène polymérisé implanté, par rapport aux modèles n’ayant pas reçu ce traitement.
Le polymère lui-même est entièrement constitué d’œstrogènes, qui sont libérés lentement dans l’organisme au fil du temps, au fur et à mesure que les réactions de l’eau brisent les liens qui maintiennent la chaîne du polymère, ce qui en fait une approche thérapeutique unique et prometteuse. « Étant donné que cette  molécule est enchaînée dans chaque unité répétitive de la longue chaîne, elle contient une charge médicamenteuse très élevée par rapport aux approches d’administration conventionnelles », a déclaré M. Palermo.
Selon Palermo, le polymère étudié dans cette recherche est l’un des nombreux candidats que les chercheurs continueront d’étudier afin de trouver le taux de libération optimal pour une meilleure neuroprotection. Le réglage fin de l’hydrophobie, des propriétés mécaniques et des taux d’hydrolyse pourraient faire la différence dans des aspects critiques de ses performances, comme la rapidité avec laquelle ce polymère libère les œstrogènes dans l’organisme.

Pour d’autres types de lésions

« Tous ces facteurs joueront un rôle dans la cascade complexe d’événements biochimiques et biophysiques qui se produisent au cours de la réaction de l’organisme à la lésion de la moelle épinière », a déclaré Palermo. Alors que l’équipe continue à modifier ce biomatériau, ce que les chercheurs développent pourrait avoir des implications au-delà de la thérapie des lésions de la moelle épinière. « Je dirais que cette approche pourrait être utilisée pour n’importe quel type de lésion du système nerveux central, de la moelle épinière aux lésions cérébrales », a déclaré M. Gilbert.
Cette recherche a été publiée dans ACS Chemical Neuroscience.
Source : Rensselaer Polytechnic Institute
Crédit photo : Pexels

L'œstrogène polymérisé répare la moelle épinièremartinbiothechnologie
Une nouvelle forme d'œstrogène polymérisé mise au point au Rensselaer Polytechnic Institute, peut fournir une neuroprotection lorsqu'elle est implantée sur le site d'une lésion de la moelle épinière, empêchant ainsi d'autres dommages. Ce résultat prometteur, découvert dans un modèle préclinique jette les bases d'un développement plus poussé de ce...