Un-nouveau-type-insuline-contrôle-mieux-le-diabète
Une nouvelle injection d’insuline basale une fois par semaine a démontré une efficacité, une sécurité similaires et un taux plus faible d’épisodes d’hypoglycémie par rapport à une insuline basale quotidienne, selon un essai clinique de phase 2.

L’insuline basale Fc

Les résultats de cette étude, qui seront présentés à l’ENDO 2021, le congrès annuel de l’Endocrine Society, ont comparé un médicament expérimental appelé insuline basale Fc (BIF) à l’insuline dégludec, une insuline quotidienne de longue durée disponible pour les patients atteints de diabète de type 2.
« Les résultats de cette étude montrent que l’insuline basale Fc est prometteuse en tant qu’insuline basale hebdomadaire, et qu’elle pourrait constituer un progrès dans l’insulinothérapie », a déclaré le docteur Juan Frias, principal investigateur de cette étude et directeur médical du National Research Institute de Los Angeles, en Californie.
Le nombre réduit d’injections avec l’insuline hebdomadaire pourrait améliorer l’adhésion à l’insulinothérapie, ce qui pourrait se traduire par de meilleurs résultats pour les patients que pour les insulines basales quotidiennes, a déclaré Frias. L’administration d’une dose hebdomadaire pourrait également inciter les patients atteints de diabète de type 2 à commencer une insulinothérapie lorsque les médicaments oraux seuls ne permettent plus un contrôle adéquat de la glycémie, a-t-il ajouté.

Un essai avec 399 participants

Un essai clinique de 32 semaines a été mené sur 399 patients et a été sponsorisé par Eli Lilly and Company. Tous les patients étaient atteints de diabète de type 2 et avaient déjà utilisé de l’insuline basale associée à des médicaments antidiabétiques oraux.
Les patients ont été répartis au hasard dans l’un des trois groupes suivants: des injections hebdomadaires de BIF selon l’un des deux algorithmes de dosage différents (avec des objectifs de glycémie à jeun différents) ou des injections quotidiennes d’insuline dégludec. Un objectif de la glycémie à jeun pour les patients recevant le BIF était de 140 milligrammes par décilitre (mg/dL) ou moins, et l’autre était de 120 mg/dL ou moins. L’objectif de la glycémie à jeun pour l’insuline degludec était de 100 mg/dL ou moins.
Comparativement à l’insuline dégludec, les patients prenant le BIF ont obtenu un contrôle glycémique à long terme similaire, tel que mesuré par l’hémoglobine A1c, ont rapporté les chercheurs. Les participants avaient un taux moyen d’HbA1c de 8,1 % au début de cette étude et, à la fin, une amélioration moyenne de l’HbA1c de 0,6 % pour le BIF et de 0,7 % pour l’insuline dégludec, selon les données.

Des taux plus faibles d’hypoglycémie

De plus, l’utilisation du BIF a entraîné des taux significativement plus faibles d’hypoglycémie (moins de 70 mg/dL). L’hypoglycémie grave non traitée est une complication dangereuse qui peut entraîner des convulsions, une perte de conscience et la mort. Frias a déclaré que le BIF a « le potentiel d’une action plus uniforme et plus prévisible que les insulines basales quotidiennes actuelles, peut avoir contribué aux taux plus faibles d’hypoglycémie. »
En ce qui concerne la sécurité, le BIF avait un profil d’événements indésirables généralement comparable à celui de l’insuline dégludec, a-t-il ajouté. « Sur la base de nos données qui sont prometteuses, d’autres recherches sur le BIF ont été lancées chez des patients atteints de diabète de type 1 et d’autres populations de patients atteints de diabète de type 2 », a déclaré Frias.
Source : The Endocrine Society
Crédit photo : StockPhotoSecrets