cibler-le-gène-BMI1-contre-la-maladie-Alzheimer
Un nouveau pas vers la compréhension de la maladie d’Alzheimer a été franchi au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Le biologiste moléculaire Gilbert Bernier, professeur de neurosciences à l’Université de Montréal, a découvert une nouvelle fonction du gène BMI1, qui est connu pour inhiber le vieillissement du cerveau.

La structure G4

Dans son laboratoire, Bernier a pu établir que le gène BMI1 était nécessaire pour empêcher l’ADN des neurones de se désorganiser d’une manière particulière appelée structures G4. Ce phénomène se produit dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, mais pas chez les personnes âgées en bonne santé. Ainsi, le gène BMI1 protégerait contre la maladie d’Alzheimer en empêchant, entre autres, la formation excessive de G4 qui perturbent le fonctionnement des neurones.
« Cette découverte s’ajoute à nos connaissances sur des mécanismes fondamentaux menant à la maladie d’Alzheimer », a déclaré Bernier. « Il n’y a toujours pas de remède à cette maladie, qui touche maintenant près d’un million de Canadiens. Toute avancée dans ce domaine est porteuse d’espoir pour toutes ces personnes et leurs familles. »

Le gène BMI1

Dans des articles précédents publiés dans les revues Cell Reports et Scientific Reports, Bernier a démontré que l’expression du gène BMI1 est spécifiquement réduite dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Il a également montré que l’inactivation du gène BMI1 dans des neurones humains en culture ou chez la souris, était suffisante pour reproduire tous les marqueurs pathologiques associés à la maladie d’Alzheimer. En ciblant ce gène il devient alors possible de freiner la progression de cette maladie dévastatrice.
Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.
Source : University of Montreal
Crédit photo : Pexels