les-canapés-une-source-de-poussière-chimique-toxique
Une étude montre que lorsque les gens remplacent leur vieux canapé par un nouveau sans retardateur de flamme ajouté, les niveaux de produits chimiques nocifs dans la poussière domestique diminuent considérablement.

Un mobilier plus sain

Le remplacement de la mousse à l’intérieur des coussins du canapé est tout aussi efficace. Ces résultats confirment que le choix d’un mobilier plus sain, sans retardateurs de flamme, peut faire une grande différence dans l’exposition quotidienne des gens, et en particulier des enfants, à ces produits chimiques toxiques.
« Nous soupçonnons depuis longtemps que les canapés sont une source majeure de produits chimiques toxiques dans la poussière. Maintenant, pour la première fois, nous avons des preuves démontrant les impacts positifs du remplacement des vieux meubles contenant des retardateurs de flamme », déclare l’auteure principale Kathryn Rodgers, chercheuse à l’Institut Silent Spring.
Les retardateurs de flamme peuvent migrer des meubles vers l’air et la poussière, et se retrouver dans le corps des gens. L’exposition à ces produits chimiques a été associée au cancer, aux maladies de la thyroïde, à une baisse de la fertilité, à une diminution du QI et à d’autres effets néfastes sur la santé. Les nourrissons et les jeunes enfants sont particulièrement exposés car ils rampent et jouent sur le sol, où se dépose la poussière contaminée, et mettent fréquemment leurs mains dans la bouche.
Jusqu’à récemment, l’utilisation de retardateurs de flamme dans les meubles rembourrés aux États-Unis et au Canada était régie par une norme californienne d’inflammabilité appelée TB117. Suite à un tollé public concernant la toxicité de ces produits chimiques et leur manque d’avantages en matière de sécurité incendie, la Californie a mis à jour cette norme pour en faire une nouvelle norme appelée TB117-2013. Cette nouvelle norme est conçue pour arrêter les feux dans le tissu du meuble avant qu’ils n’atteignent la mousse inflammable à l’intérieur, éliminant ainsi la nécessité d’ajouter des retardateurs de flamme à la mousse. Elle est entrée en vigueur en 2014 et permet aux fabricants de concevoir des meubles sans retardateurs de flamme.

Des options plus saines

Pour évaluer l’impact de cette nouvelle norme, Rodgers s’est associé à des chercheurs de l’Université de Californie. Ils ont recruté des participants dans 33 foyers du nord de la Californie qui étaient prêts à échanger leurs vieux meubles contre des options sans retardateur de flamme. Environ deux tiers des participants ont remplacé l’intégralité de leur canapé rembourré. Les autres ont remplacé la mousse de leur canapé.
L’équipe a prélevé des échantillons de poussière dans chaque maison avant le remplacement, puis plusieurs fois par la suite, sur une période de 18 mois. Les concentrations de retardateurs de flamme ont diminué de manière significative après les six premiers mois, et la plupart sont restées plus faibles un an après le remplacement du mobilier. Ces mêmes diminutions ont été observées dans les maisons où seule la mousse a été remplacée.
Sur les sept types de retardateurs de flamme que les chercheurs ont testés dans la poussière, deux en particulier – les PBDE et le TPHP – ont diminué le plus. La baisse des niveaux de PBDE n’était pas inattendue en raison de leur utilisation répandue dans les meubles qui répondaient à l’ancienne norme, explique Rodgers. Les chercheurs ont également observé des baisses dans un groupe de retardateurs de flamme appelés OPFR chlorés. Cependant, les baisses n’ont pas été aussi soutenues dans le temps, probablement parce que ces produits chimiques sont utilisés dans d’autres produits, notamment les textiles, les plastiques, les adhésifs et le caoutchouc.

Que peuvent faire les consommateurs

Comme les meubles peuvent durer longtemps, de nombreux foyers possèdent encore des meubles conformes à l’ancienne norme et contenant des retardateurs de flamme. « Remplacer les vieux meubles peut être coûteux et n’est pas forcément une option pour tout le monde », déclare Rodgers. « La bonne nouvelle est que notre étude montre que le remplacement de la mousse de votre canapé peut être tout aussi efficace. » Les gens peuvent remplacer la mousse de leur canapé en contactant un fournisseur de mousse local et en demandant une nouvelle mousse qui ne contient pas de retardateurs de flamme ajoutés.
Il est également important de maintenir un faible niveau de poussière, explique Mme Rodgers, car les produits chimiques aiment se loger dans la poussière. Elle recommande d’utiliser un aspirateur puissant avec une brosse motorisée et un filtre HEPA et d’essuyer les surfaces avec un chiffon ou une serpillière humide. Il est également important de réparer les déchirures dans le tissu du meuble pour que la mousse ne soit pas exposée et de se laver les mains régulièrement, ajoute-t-elle.
Cette recherche a été publiée dans Environment International.
Source : Silent Spring Institute
Crédit photo : Pixabay

Les canapés une source de poussière chimique toxiquemartinPollution
Une étude montre que lorsque les gens remplacent leur vieux canapé par un nouveau sans retardateur de flamme ajouté, les niveaux de produits chimiques nocifs dans la poussière domestique diminuent considérablement. Un mobilier plus sain Le remplacement de la mousse à l'intérieur des coussins du canapé est tout aussi efficace. Ces...