une-nouvelle-caméra-gama-portable
Des scientifiques ont conçu un appareil d’imagerie 3D portable qui améliorera le traitement et le diagnostic du cancer. Les outils actuels d’imagerie gamma portatifs sont petits et faciles à utiliser, mais ils se limitent à fournir des informations en 2D, ne donnant aux médecins et aux chirurgiens qu’une partie de l’image globale.

Un appareil d’imagerie 3D portable

Des systèmes beaucoup plus grands sont capables de fournir des images tridimensionnelles, mais ils sont encombrants, complexes et occupent souvent des pièces entières. Maintenant, des chercheurs de l’université de Loughborough montrent qu’il est possible de combiner les meilleurs aspects des deux dispositifs.
L’auteur principal, le Dr Sarah Bugby, de la faculté des sciences, a mis au point la caméra-gamma hybride (HGC), un appareil de la taille d’un sèche-cheveux qui peut facilement être transporté là où il est nécessaire.
Elle fonctionne en prenant deux images sous des angles légèrement différents et en calculant la position exacte de ce qu’elle observe, de la même manière que les astronomes mesurent les grandes distances entre les étoiles.
Le Dr Bugby a déclaré : « nous avons montré qu’il était possible de réaliser une imagerie gamma stéréoscopique portable, qui fournira des informations en 3D plutôt qu’en 2D. En combinant l’imagerie gamma et optique, ces informations 3D indiqueront à l’utilisateur où et à quelle profondeur se trouve une source de radioactivité dans un matériau particulier.

Pour la chirurgie radioguidée

« Cette technologie trouve des applications dans la chirurgie radioguidée – où un chirurgien recherche une source de radioactivité dans le corps, par exemple pendant le traitement et le diagnostic du cancer – et pourrait également être utilisée dans d’autres domaines de l’industrie nucléaire. » Cet appareil offrira aux professionnels de la santé une plus grande flexibilité, car il n’existe que trois grands imageurs dans le pays – dans les centres médicaux de Montevideo, Durazno et Salto.
Le Dr Bugby a déclaré : « actuellement, un patient doit se rendre dans l’un de ces centres, parfois à des centaines de kilomètres, pour une imagerie initiale, puis retourner dans sa ville d’origine pour être opéré. Un docteur de médecine nucléaire doit se rendre dans la ville où l’opération sera pratiquée, avec une sonde gamma, afin d’aider le chirurgien à localiser le ganglion sentinelle pendant l’opération.
« Si les patients ne peuvent pas se rendre dans l’un des centres de médecine nucléaire, ils n’auront pas de SLN et devront subir l’ablation de tous leurs ganglions axillaires, avec la morbidité qui y est associée, c’est-à-dire une chirurgie plus invasive que celle qui serait nécessaire. »

Elle peut trianguler la distance exacte de la source

Cette caméra fonctionne à l’aide d’un sténopé – un petit trou au centre de l’appareil – qui permet de prendre une image de la source de rayonnement gamma. En effectuant cette opération deux fois à partir de deux positions légèrement différentes, cette caméra peut trianguler la distance exacte de la source et obtenir une lecture 3D précise. En raison de la taille compacte de cette technologie d’imagerie gamma, cette opération peut être réalisée avec un système portatif, ce qui est bénéfique pour les patients.
Cette recherche a été publiée dans Physics in Medicine & Biology.
Source : Loughborough University
Crédit photo : Loughborough University