InSight-détecte-deux-tremblements-de-terre-sur-mars
L’atterrisseur InSight de la NASA a détecté deux tremblements de terre forts et clairs provenant d’un endroit de Mars appelé Cerberus Fossae – le même endroit où deux forts tremblements de terre ont été repérés plus tôt dans cette mission. Ces nouveaux tremblements de terre ont des magnitudes de 3,3 et 3,1 ; les tremblements de terre précédents étaient de magnitude 3,6 et 3,5. InSight a enregistré plus de 500 tremblements de terre à ce jour, mais en raison de leurs signaux clairs, il s’agit de quatre des meilleurs enregistrements de tremblements de terre pour sonder l’intérieur de la planète Mars.

Deux tremblements de terre

L’étude des tremblements de terre est l’une des façons dont l’équipe scientifique d’InSight cherche à mieux comprendre le manteau et le noyau de Mars. Cette  planète n’a pas de plaques tectoniques comme la Terre, mais elle possède des régions volcaniques actives qui peuvent provoquer des grondements. Les tremblements de terre du 7 et du 18 mars renforcent l’idée que Cerberus Fossae est un centre d’activité sismique.
Au cours de cette mission, nous avons observé deux types différents de tremblements de terre : l’un plus « lunaire » et l’autre plus « terrestre » », a déclaré Taichi Kawamura, de l’Institut de physique du globe de Paris, qui a contribué à la fourniture du sismomètre d’InSight et distribue ses données avec l’université de recherche suisse ETH Zurich. Les ondes des tremblements de terre traversent plus directement la planète, tandis que celles des tremblements de lune ont tendance à être très dispersées ; les tremblements de Mars se situent quelque part entre les deux. « Il est intéressant de noter, poursuit Kawamura, que ces quatre grands tremblements de terre, qui proviennent de Cerberus Fossae, sont de type « terrestre ».

Ils se sont produits pendant l’été septentrional martien

Ces nouveaux tremblements de terre ont un autre point en commun avec les précédents événements sismiques les plus importants d’InSight, qui se sont produits il y a presque une année martienne complète (deux années terrestres) : ils se sont produits pendant l’été septentrional martien. Les scientifiques avaient prédit que ce serait à nouveau le moment idéal pour écouter les tremblements de terre, car les vents seraient plus calmes.
Le sismomètre, appelé Seismic Experiment for Interior Structure (SEIS), est suffisamment sensible pour que, même s’il est recouvert d’un bouclier en forme de dôme pour le protéger du vent et l’empêcher de trop se refroidir, le vent provoque encore suffisamment de vibrations pour masquer certains séismes martiens. Au cours de la dernière saison d’hiver nordique, InSight n’a pu détecter aucun tremblement de terre.
« C’est merveilleux d’observer à nouveau des tremblements de terre après une longue période d’enregistrement du bruit du vent », a déclaré John Clinton, un sismologue qui dirige le Marsquake Service d’InSight à l’ETH Zurich. « Une année martienne plus tard, nous sommes maintenant beaucoup plus rapides pour caractériser l’activité sismique sur la planète rouge ».

Une meilleure détection

Les vents se sont peut-être calmés, mais les scientifiques espèrent encore améliorer leur capacité d’écoute. Les températures à proximité de l’atterrisseur InSight peuvent varier de près de moins 100 degrés Celsius, la nuit à 0 degré Celsius le jour. Ces variations extrêmes de température peuvent entraîner la dilatation et la contraction du câble reliant le sismomètre à l’atterrisseur, ce qui provoque des bruits d’éclatement et des pics dans les données.
L’équipe de la mission a donc commencé à essayer d’isoler partiellement le câble des intempéries. Elle a commencé par utiliser la pelle située à l’extrémité du bras robotique d’InSight pour déposer de la terre sur le bouclier éolien et thermique en forme de dôme, afin qu’elle s’écoule sur le câble. Cela permet à la terre d’être aussi proche que possible du bouclier sans interférer avec l’étanchéité du bouclier avec le sol. L’enfouissement du câble sismique est en fait l’un des objectifs de la prochaine phase de cette mission, que la NASA a récemment prolongée de deux ans, jusqu’en décembre 2022.

Le sismomètre sera temporairement éteint

Malgré les vents qui ont secoué le sismomètre, les panneaux solaires d’InSight restent couverts de poussière, et la puissance diminue à mesure que Mars s’éloigne du Soleil. Les niveaux d’énergie devraient s’améliorer après juillet, lorsque la planète Mars commencera à se rapprocher à nouveau du Soleil. D’ici là, la mission éteindra successivement les instruments de l’atterrisseur afin qu’InSight puisse hiberner, se réveillant périodiquement pour vérifier sa santé et communiquer avec la Terre. L’équipe espère pouvoir maintenir le sismomètre en marche pendant encore un mois ou deux avant de devoir l’éteindre temporairement.
Source : NASA
Crédit photo : Pixabay